6 avril 2020

Tout s'explique

Le port du masque désormais recommandé

Quelle est la position de l’exécutif sur le port d’un masque contre le Covid-19 ?

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, chargé de la politique de santé publique, a déclaré vendredi soir : « Nous encourageons le grand public, s’il le souhaite, à porter des masques ». « Dans tous les cas, le port d’un masque complète les gestes barrières, mais ne les remplace pas », écrit le ministère de la Santé sur son site. La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a déclaré à plusieurs reprises que les masques n’étaient « pas nécessaires pour tout le monde », comme le 20 mars où elle a affirmé sur BFMTV que leur usage pouvait être « contre-productif ». Jérôme Salomon déclarait également alors que « c’est potentiellement en le manipulant qu’on se contamine ». L’Organisation mondiale de la santé, une agence de l’ONU, écrit dans un document de février que le port du masque par des personnes ne présentant pas de symptômes peut « créer un faux sentiment de sécurité qui peut conduire à négliger les autres mesures préventives ».

Que disent les scientifiques sur les masques artisanaux ?

Dans un avis publié jeudi, l’Académie nationale de médecine, une société savante, recommande le port généralisé d’un masque par la population. Elle estime que cela a contribué à freiner l’épidémie à Taïwan, Singapour et en Corée du Sud. Constatant une pénurie de masques en France, l’Académie nationale de médecine reconnaît que toute la population ne pourra pas bénéficier de masques chirurgicaux destinés principalement à empêcher l’émission de gouttelettes porteuses du virus ni de masques FFP2, plus filtrants. Elle suggère donc le port de masques « alternatifs » et renvoie vers des vidéos montrant comment en fabriquer. Le président de l’Institut Robert-Koch, l’organisme allemand de santé publique, a encouragé vendredi la population à porter en public des masques artisanaux, reconnaissant qu’il n’y avait « pas encore de preuve scientifique » qu’ils limitent la propagation du virus, mais que cela semblait « plausible ».

Quelles nouvelles études incitent à cette précaution accrue ?

Une étude publiée vendredi dans la revue scientifique Nature montre que les masques chirurgicaux bloquent l’émission de gouttelettes par lesquelles des coronavirus saisonniers se propagent. Vendredi, Anthony Fauci, spécialiste américain des maladies infectieuses et conseiller du président des États-Unis, a déclaré sur Fox News que plusieurs études permettaient de penser que le Sras-CoV-2 pouvait « se transmettre quand les gens ne font que parler, plutôt que seulement lorsqu’ils éternuent ou toussent ». Harvey Fineberg, membre de l’Académie des sciences des États-Unis, a également écrit le 1er avril que les études disponibles « sont cohérentes avec la transmission du virus » avec des particules très fines restant dans l’air et émises « avec une respiration normale ». Il a cependant précisé que les recherches étaient pour l’heure « limitées ».