7 avril 2020

Tout s'explique

Des mesures de confinement renforcées

Dans quelle mesure le confinement est-il respecté en France ?

Le confinement durera « aussi longtemps que nécessaire », car « nous ne sommes pas encore au pic épidémique », a mis en garde ce matin sur BFMTV le ministre de la Santé, Olivier Véran. Hier, Jean-François Delfraissy, le président du conseil scientifique qui conseille l’exécutif dans la lutte contre le Covid-19, a suggéré d’être « strict » sur le confinement, affirmant que le week-end dernier « on a vu trop de monde dans les rues, qui ne respectait ni le confinement, ni même les règles de distanciation ». Hier, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a demandé aux préfets « d’examiner au cas par cas » et « en lien avec les maires » la nécessité de « durcir les mesures » en cas de relâchement. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a ainsi annoncé ce matin sur Franceinfo que le préfet de police de Paris avait pris, en accord avec la mairie, un arrêté interdisant toute activité sportive individuelle « entre 10h et 19h » pour « éviter que trop de gens se croisent ».

Qu’est-ce qui encadre les arrêtés municipaux ?

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus en France, plusieurs mairies ont pris des arrêtés municipaux pour lutter contre la propagation de la maladie. À Biarritz, un arrêté municipal interdit « la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc » sauf « circonstances particulières (attente de bus, des services médicaux ou de raison de santé) » depuis le début du confinement, a précisé hier la lettre d’information de la mairie. Un arrêté pris en fin de semaine dernière par la ville de Marcq-en-Barœul, dans le Nord, interdit aussi de « cracher sur la voie publique », sous peine d’une amende de 68 euros. Les arrêtés municipaux doivent correspondre aux champs de compétences municipaux, comme celui de la police municipale, s’appuyer sur des textes de loi et préciser les effets de la décision. Un arrêté municipal peut être contesté en justice s’il ne respecte pas ces règles.

Comment certains pays européens envisagent-ils un déconfinement ?

L’Autriche, le Danemark et la République tchèque ont annoncé hier plusieurs mesures de déconfinement progressif. Confinée depuis le 16 mars, l’Autriche sera « remise en marche par étapes », a annoncé le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, avec la réouverture des petits commerces le 15 avril. Le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun et les restrictions de déplacement seront maintenues jusqu’à fin avril. Les écoles ne rouvriront pas avant mi-mai et aucun événement public ne sera autorisé avant fin juin. Au Danemark, les écoles maternelles et primaires doivent rouvrir le 15 avril. Un porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé, une agence de l’ONU, a déclaré aujourd’hui que pour lutter contre l’épidémie, il ne fallait pas lever les mesures de confinement « trop tôt » afin « de ne pas avoir de rechute ».