7 avril 2020

C'est leur avis

La réticence française face au masque

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, chargé de la politique de santé publique, a déclaré vendredi soir encourager « le grand public, s’il le souhaite, à porter des masques ». Dans une tribune publiée par Le Monde, l’anthropologue Frédéric Keck estime que la réticence française face au masque est un héritage des Lumières [€].

« La position française sur les masques ne tient pas seulement à une pénurie d’équipements due aux coupes budgétaires dans la préparation aux pandémies. Elle s’explique également par une définition de l’espace public comme un lieu dans lequel le citoyen moderne se présente à visage découvert. Cet idéal des Lumières réalisé par la Révolution française s’est construit contre les masques dont l’aristocratie s’ornait dans les salons. Il s’est ensuite renforcé lorsque les autorités coloniales de la IIIe République ont imposé le retrait du foulard sur les photographies d’identité en Afrique du Nord. […] En France, porter un morceau de tissu sur son visage est perçu comme un signe d’archaïsme et de domination ; se présenter le visage découvert est un signe de modernité et de libération. » Frédéric Keck