• EspagneLe chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a présenté hier soir son plan de sortie du confinement. Il prévoit quatre phases dont la durée dépendra du recul de l’épidémie et qui pourront être plus courtes dans les régions les moins touchées. Certains commerces, comme les salons de coiffure, pourront d’abord rouvrir uniquement sur rendez-vous et les restaurants ne pourront initialement que vendre de la nourriture à emporter. Les écoles resteront fermées jusqu’en septembre, à quelques exceptions près.

  • EnfantsLe ministre de la Santé, Olivier Véran, a déclaré aujourd’hui sur Franceinfo qu’il avait reçu une alerte selon laquelle des enfants dans différents pays, dont une quinzaine en France, présentaient « des symptômes de fièvre, des symptômes digestifs et un syndrome inflammatoire vasculaire assez général qui peut provoquer une défaillance cardiaque ». Il a ajouté que des recherches étaient en cours « pour voir s’il y a lieu de faire un lien entre le coronavirus et cette forme qui, jusqu’ici, n’avait été observée nulle part ».

  • Assemblée nationaleL’Assemblée nationale a voté hier soir par 368 voix contre 100 et 103 abstentions le plan de sortie progressive du confinement présenté plus tôt par le Premier ministre, Édouard Philippe. Parmi l’opposition, les élus Les Républicains se sont majoritairement abstenus, tandis que les députés de gauche ont pour la plupart voté contre.

    Savoir comment chaque député a voté sur le site du Figaro.
  • États-unisLe PIB (la production de biens et services) des États-Unis a baissé de 1,2 % au premier trimestre par rapport au trimestre précédent, soit une baisse de 4,8 % en rythme annuel, selon une estimation préliminaire publiée aujourd’hui par le département du Commerce. Il s’agit de la première baisse trimestrielle depuis 2014 et de la plus forte enregistrée depuis le quatrième trimestre 2008, lors de la crise financière mondiale.

  • Crise de l’aérienLe constructeur aéronautique américain Boeing a annoncé aujourd’hui qu’il préparait un plan de réduction de son effectif de 10 %. La crise du Covid-19 s’est ajoutée pour l’entreprise aux difficultés rencontrées en 2019 avec l’interdiction de vol de l’un de ses principaux modèles d’avion. Le trafic aérien de passagers a chuté en mars dernier de 52,9 % par rapport à mars 2019, a annoncé aujourd’hui l’Iata, qui représente 290 compagnies aériennes.