7 mai 2020

C'est leur avis

L’échec de la décroissance pour sauver le climat

L’Agence internationale de l’énergie, qui regroupe 30 pays parmi les plus industrialisés du monde, a estimé la semaine dernière que l’épidémie de Covid-19 se traduirait par une baisse de 8 % des émissions de CO2 en 2020. La faiblesse de ce chiffre montre que la bonne stratégie face au changement climatique n’est pas la décroissance [€], mais l’utilisation de sources d’énergie décarbonées, estime dans Les Échos l’économiste Jacques Delpla.

« Même si l’on est très favorable (comme je le suis) à la lutte contre le réchauffement climatique, l’évidence est là : les stratégies climatiques actuelles sont vouées à l’échec. Le confinement actuel agit comme un planificateur mondial écologiste quasi parfait du climat. Il impose une réduction brutale, mondiale et synchronisée des émissions de gaz à effet de serre (GES). Mais même la plus grande récession en temps de paix ne permet d’abaisser que de seulement 8 à 10 % les émissions mondiales de GES. Réduire les émissions de GES de 80 % d’ici à 2050 imposerait une récession globale de type Covid-19 tous les deux ans d’ici à 2050 ! […] Les stratégies de baisse de la demande ou de décroissance sont condamnées. […] L’Europe doit se donner comme premier objectif de promouvoir des sources d’énergie décarbonées à un coût inférieur aux hydrocarbures. » Jacques Delpla