15 mai 2020

Tout s'explique

La recherche d’un vaccin contre le Covid-19

Quelle controverse ont suscitée les propos du dirigeant de Sanofi ?

Le président du conseil d’administration du groupe pharmaceutique français Sanofi, Serge Weinberg, a affirmé hier soir qu’« aucun pays » n’aurait une « avance particulière » sur les autres si son groupe trouvait un vaccin contre le Covid-19. Cette déclaration intervient après que le directeur général du groupe, Paul Hudson, a affirmé mercredi à Bloomberg que les États-Unis auraient droit à la plus large précommande de vaccin grâce à leurs investissements dans son développement. « Ce vaccin doit être un bien public mondial, extrait des lois du marché », a réagi hier la présidence de la République, qui précise qu’Emmanuel Macron s’entretiendra mardi avec Paul Hudson. Plusieurs responsables politiques, dont le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, et le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, soulignent que la recherche du groupe est largement financée grâce au crédit d’impôt recherche versé par l’État français.

Comment les États-Unis se distinguent-ils de l’Europe en matière de recherche sur les vaccins ?

Dès le 18 février, Sanofi a annoncé un partenariat avec la Barda, une agence dépendant du département américain de la Santé, pour le développement d’un vaccin contre le Covid-19. Une semaine plus tôt, un autre laboratoire pharmaceutique, Johnson & Johnson, avait fait une annonce similaire. La Barda s’appuie sur des partenariats avec des groupes privés pour financer en commun des recherches contre les maladies. En Europe, il n’y a en revanche « pas de guichet unique », déplore dans Le Monde le président de Sanofi France, Olivier Bogillot, qui ajoute : « On travaille en multipliant les discussions bilatérales. » La Commission européenne a cependant lancé en avril un appel aux dons émanant de pays et de fondations privées pour développer des traitements et des vaccins contre le Covid-19. Le 4 mai, elle a annoncé que son initiative avait récolté 7,7 milliards d’euros.

Combien de temps faut-il pour développer un vaccin ?

« En temps normal, il faut plus de 10 ans pour développer un vaccin ; là, on essaie de le faire en 18 mois », explique le président de Sanofi France, Olivier Bogillot, dans un article publié aujourd’hui par Le Monde. Si la mise au point d’un vaccin demande autant de temps, c’est parce qu’elle nécessite plusieurs phases de test. Une première phase, « préclinique », en laboratoire et sur des animaux, pour déterminer les doses du vaccin et leur toxicité, est suivie d’une phase d’essais cliniques, chez l’humain, pour vérifier notre tolérance et déterminer son efficacité. Marie-Paule Kieny, virologue à l’Inserm, un institut de recherche médicale public, a expliqué sur France Inter que l’accélération du développement du vaccin contre le Covid-19 serait rendue possible par une compression des phases d’évaluation et par la réalisation en parallèle de certains tests. Dans une liste publiée le 11 mai, l’Organisation mondiale de la santé a répertorié 102 vaccins contre le Covid-19 en cours d’étude préclinique et huit en cours d’essai clinique.