• MunicipalesLe Premier ministre, Édouard Philippe, et le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, ont annoncé aujourd’hui que le second tour des élections municipales aurait lieu le 28 juin. Il concernera près de 5 000 communes, les 30 000 autres ayant élu leur conseil municipal dès le premier tour. Le chef du gouvernement a précisé que cette décision était « réversible » en fonction de l’évolution de l’épidémie.

  • TraitéLe président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé hier soir le retrait américain du traité « Ciel ouvert » (ou « Open Skies ») qui autorise une surveillance par des avions non armés des 35 pays participants. Il s’est justifié en déclarant que la Russie n’avait pas respecté ce traité. Dans un communiqué publié hier, le département américain de la Défense reproche à la Russie d’avoir imposé des limites au survol de certaines parties de son territoire.

    Lire les explications de Ouest-France.
  • Hong kongUn projet de loi visant à interdire la trahison, la sécession, la sédition et la subversion à Hong Kong, une région administrative spéciale de la Chine, a été déposé ce matin à l’occasion de l’ouverture de la session annuelle du Parlement chinois. Carrie Lam, la dirigeante de l’exécutif hongkongais, s’est dite prête à coopérer pleinement avec les autorités chinoises, tandis que le président américain, Donald Trump, a promis de réagir « de manière très forte » en cas d’application d’une telle loi.

  • Royaume-uniLes voyageurs arrivant au Royaume-Uni à partir du 8 juin se verront imposer une quarantaine de 14 jours, a déclaré aujourd’hui la ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel. Les contrevenants risqueront une amende équivalant à plus de 1 100 euros. Le 10 mai, la présidence de la République française avait affirmé qu’en vertu d’un accord bilatéral les Français seraient exemptés, mais le gouvernement britannique n’a rien annoncé de tel.

  • Génocide rwandaisLe Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux, un organisme créé par l’ONU, a annoncé aujourd’hui le décès d’Augustin Bizimana, l’un des responsables du génocide rwandais de 1994. Il a été identifié à partir de restes retrouvés en République du Congo et serait mort en août 2000, selon l’organisme. Augustin Bizimana avait été mis en accusation en 1998 par le Tribunal pénal international pour le Rwanda.

    Lire le communiqué du Mécanisme.