22 mai 2020

Tout s'explique

Des tests sérologiques pour le coronavirus homologués

Qu’a annoncé le gouvernement concernant les tests de dépistage ?

Le ministère de la Santé a publié aujourd’hui sur son site une liste de tests sérologiques jugés fiables pour détecter une infection passée au coronavirus responsable la maladie Covid-19. Parmi 32 tests examinés, 23 ont été homologués par le Centre national de référence consacré aux virus des infections respiratoires, un groupe de laboratoires spécialisés missionné par le ministère de la Santé. Les tests sérologiques permettent de déterminer si une personne a été infectée au cours des semaines précédentes, même si elle n’a pas présenté de symptômes, en détectant la présence d’anticorps. Plusieurs laboratoires privés proposent ces tests sérologiques, qui peuvent être passés sans ordonnance. La Haute Autorité de santé, une autorité publique indépendante, a déclaré mercredi être « favorable au remboursement des tests sérologiques à la fiabilité validée » s’ils sont prescrits par un médecin.

Comment fonctionnent les tests ?

Parmi la liste des tests sérologiques homologués, sept sont des tests sérologiques automatisables, dits Elisa, qui permettent d’obtenir un résultat en quelques heures après une prise de sang. Les 16 autres sont des tests diagnostiques rapides, qui donnent des résultats en quelques minutes grâce au prélèvement d’une goutte de sang par exemple sur un doigt. La Haute Autorité de santé explique sur son site que, pour augmenter leur fiabilité, les tests sérologiques doivent être réalisés à partir du 14e jour suivant l’apparition des symptômes pour les patients symptomatiques sans signe de gravité. Les tests sérologiques diffèrent des tests virologiques, qui détectent si le virus est présent chez la personne au moment où il est réalisé. Ces derniers sont effectués à l’aide d’un écouvillon (un long coton-tige) enfoncé dans le nez ou à l’arrière de la gorge afin de prélever des sécrétions.

Quelles sont les limites à ces tests ?

En détectant si une personne a été infectée par un virus, un test sérologique est aussi censé déterminer si elle est désormais immunisée. C’est pourquoi plusieurs collectivités locales ont commandé de tels tests. Toutefois, il n’y a « actuellement aucune preuve que les personnes qui se sont remises du Covid-19 et qui ont des anticorps soient prémunies contre une seconde infection », a déclaré le 25 avril l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Ce que nous ne savons pas encore, c’est le niveau de protection ou sa durée », a-t-elle précisé. Dans un avis rendu le 2 mai, la Haute Autorité de santé expliquait également que ces tests ne permettent pas pour l’instant de répondre à la question « Suis-je contagieux ? » ou « Suis-je protégé contre le Covid-19 ? ». Plusieurs études sont en cours pour déterminer à quel moment une personne peut être considérée comme immunisée contre le Covid-19.