22 mai 2020

C'est leur avis

Menace sur la liberté de circulation dans l’UE

Les pays européens ont remis en place leurs frontières nationales pour lutter contre le Covid-19. Alberto Alemanno, professeur de droit européen à HEC Paris, craint dans le Guardian que ces mesures risquent de fragiliser durablement la liberté de circulation dans l’UE.

« Les contrôles aux frontières – tout comme les quarantaines imposées à certains étrangers – reflètent une tentative artificielle et trompeuse de recourir à la nationalité pour tracer une ligne entre ce qui est sain et ce qui ne l’est pas. […] Défaire ces différentes mesures nationales va prendre du temps et laisser des traces sur le “patient Europe”. Elles risquent ainsi d’alimenter les sentiments nationalistes qui avaient été affaiblis par des décennies d’intégration européenne. Alors que l’été approche, la réouverture de l’espace Schengen est davantage motivée par l’envie de laisser les vacanciers et les touristes dépenser leur argent que par le besoin d’assurer que les citoyens européens peuvent continuer à mener leurs vies transfrontalières. Mais une Europe sans frontières n’est pas la prérogative des touristes et des voyageurs. La liberté de circulation est un prérequis existentiel pour des millions de citoyens qui vivent, vont travailler, s’occupent de leurs proches entre plusieurs juridictions et donc se déplacent entre elles. » Alberto Alemanno