29 mai 2020

Tout s'explique

Des émeutes aux États-Unis après la mort d’un Afro-Américain

Qu’est-ce qui a déclenché les émeutes à Minneapolis ?

Plusieurs manifestations et émeutes ont lieu depuis mardi aux États-Unis, en particulier à Minneapolis, dans l’État du Minnesota. Les troubles ont conduit hier au déploiement sur place de la garde nationale, un réseau de réservistes, pour aider les forces de l’ordre. Ces émeutes ont débuté après la mort, lundi soir, de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans. Il est décédé à l’hôpital peu après son arrestation par des policiers. L’un d’entre eux l’avait immobilisé au sol en appuyant son genou contre son cou et George Floyd s’était plaint de difficultés respiratoires, comme une vidéo filmée par une passante l’atteste. Un porte-parole de la police a affirmé lundi soir que George Floyd semblait ivre ou drogué lors de son interpellation pour un délit mineur, à laquelle il avait résisté, une version contestée par l’avocat de sa famille. Le lendemain, la municipalité a annoncé avoir limogé les quatre policiers présents lors de l’intervention.

Quelles réactions ce drame a-t-il provoquées ?

« Être noir aux États-Unis ne devrait pas être une condamnation à mort », a déclaré mardi le maire démocrate de Minneapolis, Jacob Frey. Le président américain, Donald Trump, a déclaré mercredi sur Twitter avoir demandé au FBI, la police fédérale américaine, et au département de la Justice, de mener une enquête sur les faits. La Haute-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a déclaré être consternée d’avoir à ajouter le nom de George Floyd à celui « de nombreux autres Afro-Américains non armés qui sont morts au fil des ans aux mains de la police ». Elle a appelé les autorités américaines à « garantir que justice soit rendue » lorsque de tels « meurtres » se produisent. L’association américaine de défense des libertés civiles ACLU a dénoncé des violences policières « injustifiées » et rappelé que les immobilisations par étranglement sont interdites.

Quelle est l’ampleur des violences policières aux États-Unis ?

Selon le Washington Post, 1 004 personnes ont été tuées par la police l’an dernier. Le site Mapping Police Violence, cofondé par un scientifique spécialiste des données et dénonçant les violences policières, dénombre 1 099 personnes. Selon les données de ce site, les Afro-Américains représentent 24 % des personnes tuées par des policiers en exercice, alors qu’ils ne constituent que 13 % de la population américaine. D’après le site, dans 99 % des décès relevés entre 2013 et 2019, les policiers impliqués n’ont pas été poursuivis pour crime par la justice. Les meurtres d’Afro-Américains par la police sont régulièrement dénoncés par le mouvement « Black Lives Matter » (« Les vies des noirs comptent »), créé en 2013, qui critique également le profilage racial et les inégalités raciales dans le système judiciaire américain.