29 mai 2020

C'est leur avis

Twitter marque contre son camp

Le réseau social Twitter a signalé pour la première fois mardi deux tweets du président américain, Donald Trump, invitant les internautes à en vérifier la véracité. Dans Der Spiegel, le journaliste Patrick Beuth s’interroge sur l’efficacité de ce travail de vérification de l’information.

« Que Twitter se réfère à “CNN, le Washington Post et autres” et se contente, en guise de fact-checking, de fournir plusieurs liens vers des articles et des tweets de journalistes est une décision malvenue. Ce n’est pas que ces sources soient mauvaises en soi, mais aucun partisan de Trump ne prendra ces médias au sérieux. […] Cela met en évidence un problème structurel de Twitter : si l’entreprise est dotée de divers dispositifs pour gérer les fausses informations, elle ne dispose pas de partenaires adaptés pour les appliquer. Contrairement à Facebook, Twitter ne travaille pas avec des vérificateurs externes, mais décide en interne ce qui est considéré comme une “fake news”. […] Ce premier fact-checking ressemble en tout cas à l’exemple type du but marqué contre son camp. » Patrick Beuth