4 juin 2020

Tout s'explique

L’OMS reprend un essai clinique sur l’hydroxychloroquine

Qu’a annoncé l’OMS sur son essai clinique portant sur l’hydroxychloroquine ?

L’Organisation mondiale de la santé, une agence de l’ONU, a annoncé hier la reprise de son essai clinique international sur l’efficacité de quatre médicaments, dont l’hydroxychloroquine, une molécule employée dans le traitement de diverses maladies affectant les articulations, sur le Covid-19. L’OMS avait suspendu le recrutement de patients pour cet essai le 25 mai, trois jours après la publication dans la revue médicale The Lancet d’une étude suggérant que les malades atteints du Covid-19 et traités avec l’hydroxychloroquine présentaient un taux de mortalité supérieur et plus d’arythmies cardiaques. L’OMS a expliqué hier qu’aucun signe de toxicité significatif n’avait été décelé chez les patients traités à l’hydroxychloroquine dans cet essai et qu’il n’y avait pas lieu d’en revoir le protocole. The Lancet a émis hier une mise en garde vis-à-vis de cette étude et annoncé qu’un audit sur la validité des données était en cours.

Quels sont les critères pour mener un essai clinique ?

Pour mener un essai clinique en France, il faut obtenir une autorisation de l’Agence du médicament. Un essai clinique se déroule en quatre phases de plusieurs mois, qui évaluent le dosage, la tolérance ou l’efficacité du traitement, sur des groupes de personnes de plus en plus grands. La troisième phase permet de comparer l’efficacité du médicament grâce à deux groupes de volontaires, l’un recevant le traitement, l’autre un placebo (une substance sans principe actif). Le protocole peut être « ouvert » (les médecins et les patients connaissent les traitements), en « aveugle » ou en « double aveugle » (les patients, voire les médecins, ne savent pas qui reçoit quel traitement). Ces normes, réglementées par le Code de la santé publique, s’appuient sur des procédures établies par le Conseil international d’harmonisation, une structure regroupant des autorités de réglementation de l’UE, du Japon, des États-Unis et de l’industrie pharmaceutique.

Comment sont publiées les études scientifiques ?

Avant d’être publiés dans une revue scientifique, les résultats d’une étude scientifique font l’objet d’un processus de validation en plusieurs étapes. L’étude est d’abord pré-publiée en ligne sur un serveur réservé aux chercheurs. Elle est ensuite examinée par des pairs, c’est-à-dire des experts du sujet, qui examinent son sérieux bénévolement, avant de donner leur validation pour publication. Ce travail d’évaluation se heurte cependant à une difficulté : les pairs n’ont accès qu’aux résultats de l’essai et ne peuvent pas en vérifier tous les détails pratiques. En 2010, la revue The Lancet s’est formellement rétractée après la publication en 1998 d’un article qui traçait un lien entre le vaccin contre la rougeole et l’autisme, expliquant que plusieurs éléments de l’article étaient incorrects, et l’a retiré de ses archives.