10 juin 2020

Ça se chiffre

Les saisines de l’IGPN

Le nombre d’enquêtes confiées à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), chargée d’enquêter sur des faits visant les policiers, a augmenté de 24 % en 2019, selon son dernier rapport annuel publié lundi. Les enquêtes portant sur des soupçons de violences volontaires représentent près de 60 % du total. Depuis 2018, l’IGPN recense le nombre de personnes blessées ou tuées à l’occasion de missions de police. Elle estime que dans plus d’un tiers des 19 décès enregistrés en 2019, la mort « résulte du comportement direct du particulier ou de son état physique (problème de santé, malaise généré par l’alcool ou les stupéfiants, etc.) ». L’usage de l’arme individuelle par un policier est néanmoins répertorié comme la cause de 6 de ces 19 décès. L’utilisation des lanceurs de balles de défense (LBD) et des grenades à main de désencerclement a largement augmenté depuis 2017. Le rapport souligne que l’année 2018 était « hors norme » en raison du début des manifestations des « Gilets jaunes » et de manifestations lycéennes.