• PoliceÀ l’appel de syndicats, des centaines de policiers ont manifesté hier et aujourd’hui dans plusieurs villes. Ils contestaient les mesures annoncées lundi par le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, pour lutter contre le racisme et les violences policières. Celui-ci a reçu hier les syndicats policiers et recevait aujourd’hui des officiers et des commissaires de police.

    Lire notre article sur les discriminations et les violences policières en France.
  • Faux tractsLe tribunal correctionnel de Besançon a condamné aujourd’hui le député du Territoire de Belfort Ian Boucard (LR) à une amende de 7 500 euros. Il a été reconnu coupable de détournement de suffrages d’électeurs par manœuvre frauduleuse, après la diffusion de faux tracts dans le cadre de la campagne législative de 2017. Le parquet, qui avait requis trois ans d’inéligibilité à son encontre, a annoncé qu’il ferait appel de cette décision.

  • BrexitLe Royaume-Uni « a confirmé formellement » aujourd’hui à l’UE ne pas vouloir prolonger la période de transition expirant fin décembre, au cours de laquelle ils doivent s’accorder sur leur relation post-Brexit. Sorti de l’Union européenne le 31 janvier, le Royaume-Uni négocie avec la Commission européenne pour définir leurs relations commerciales à la fin de la période de transition, mais les discussions sont jusqu’à présent dans l’impasse.

    Lire l’article de Toute l’Europe sur les positions de l’UE et du Royaume-Uni.
  • TwitterLe réseau social Twitter a annoncé aujourd’hui avoir supprimé plus de 170 000 comptes liés à une opération de propagande et de désinformation en ligne soutenue par les autorités chinoises. Ces comptes propageaient des messages « favorables au Parti communiste chinois », ainsi que des campagnes de désinformation concernant notamment l’épidémie de Covid-19.

  • SyrieLe président syrien, Bachar el-Assad, a limogé hier soir son Premier ministre, Imad Khamis, qu’il avait nommé à ce poste en 2016. Il a nommé le ministre des Ressources en eau, Hussein Arnous, pour le remplacer jusqu’aux prochaines élections législatives prévues le 19 juillet. La présidence n’a pas donné de raison officielle pour ce renvoi.