Les Misérables. Libération propose depuis cette semaine une plongée, grâce à une carte interactive, dans le Paris à l’époque des « Misérables », le roman de Victor Hugo publié en 1862. L’ensemble fait partie d’une carte qui recense plus largement les monuments du « Paris populaire » de 1830 à 1880. Un filtre permet d’explorer les lieux liés au roman, comme la prison de la Force ou l’éléphant en bois de Gavroche, qui sont accompagnés d’un article explicatif.

Chômage partiel. Lorsqu’un salarié est déclaré en chômage partiel à temps complet par son entreprise, il ne doit pas travailler du tout. Pourtant, comme le révèle une enquête de Franceinfo, certains employeurs exigent depuis le début de la crise sanitaire que leurs salariés sous ce régime travaillent au même rythme que d’habitude. L’enquête passe en revue les différentes techniques utilisées par des employeurs, comme le mensonge ou la promesse d’une future récompense.

Adoption. Comment les enfants adoptés qui n’ont pas la même couleur de peau que leur parent construisent-ils leur identité ? Le site Vice a récolté les témoignages de plusieurs personnes noires adoptées par des parents blancs qui racontent les questions qu’ils se sont posées dans leur enfance et les malaises qu’ils ont parfois ressentis en présentant les membres de leur famille qui n’ont pas la même couleur de peau qu’eux.

Fraises bon marché. Entre une barquette de fraises à 2,85 euros et une autre à 4,75 euros, le choix semble vite fait. Dans un court reportage vidéo pour Le Parisien, le journaliste Hadrien Gonzales dévoile que derrière ces petits prix se cachent souvent des fraises cueillies en Espagne par des immigrés logés dans des bidonvilles et payés en dessous du salaire minimum espagnol. Le journaliste, qui se filme en face caméra tout au long de la vidéo, cherche aussi à savoir si les fraises espagnoles ont le même goût que les fraises françaises, beaucoup plus chères.