25 juin 2020

Tout s'explique

Bayer met fin à des poursuites sur le Roundup aux États-Unis

Qu’a annoncé le groupe Bayer ?

Le groupe agrochimique et pharmaceutique allemand Bayer a annoncé aujourd’hui avoir négocié une série d’accords lui permettant de mettre un terme, aux États-Unis, aux procédures judiciaires concernant le Roundup, un herbicide à base de glyphosate produit par sa filiale Monsanto. Bayer prévoit de verser entre 9 milliards et 10 milliards d’euros aux plaignants. Ces derniers poursuivent Monsanto parce qu’ils attribuent leur cancer à leur exposition au Roundup. Le règlement clôturera environ 75 % des litiges liés au Roundup, soit autour de 125 000 plaintes, a précisé le groupe. Bayer provisionne plus d’un milliard d’euros pour d’éventuelles futures plaintes. Dans son communiqué, le groupe insiste sur le fait que ces accords « ne contiennent aucune reconnaissance de responsabilité ou de faute ». Il précise qu’il continuera à commercialiser le Roundup.

Quelles sont les conséquences pour les procès en cours ?

Aux États-Unis, Monsanto a été condamné dans trois affaires liées au Roundup en 2018 et 2019, concernant deux hommes et un couple. Tous sont atteints d’un lymphome non-hodgkinien, un cancer du système lymphatique qu’ils attribuent à leur longue utilisation du Roundup. Monsanto a été condamné en première instance à verser à chacun des plaignants plusieurs dizaines de millions de dollars de dommages et intérêts, mais le groupe a fait appel. Bayer a précisé que le règlement annoncé aujourd’hui ne concernait pas ces cas. « Il est important pour l’entreprise de poursuivre ces affaires car les appels fourniront des orientations juridiques à l’avenir », précise le groupe. Interrogée par Franceinfo, Corinne Lepage, avocate spécialisée dans le droit de l’environnement et ancienne ministre, a estimé que l’accord conclu par Bayer ouvrait « une boîte de Pandore, parce qu’il y a des victimes dans le monde entier ».

Que représente le groupe Bayer ?

Fondé en 1863 en Allemagne, Bayer est présent à la fois dans le secteur de la santé humaine et animale et dans celui des produits phytosanitaires pour l’agriculture. En 2019, le groupe, qui employait 104 000 personnes, a réalisé un chiffre d’affaires de 43,5 milliards d’euros, ce qui le porte à la 16e place dans le secteur de la santé, selon le classement 2019 du magazine américain Fortune. Il a acquis en juin 2018 le spécialiste américain des pesticides et des semences Monsanto pour 56 milliards d’euros. L’action de Bayer, qui valait à cette époque plus de 98 euros, vaut aujourd’hui moins de 68 euros. Le PDG de Bayer, Werner Baumann, a déclaré aujourd’hui que le règlement trouvé aux États-Unis était « financièrement raisonnable » et que le groupe ne réduirait pas les dividendes versés aux actionnaires.