29 juin 2020

C'est leur avis

Une semaine de quatre jours

Dans La Tribune, l’économiste Michel Santi constate que la tendance à la baisse du temps de travail s’est arrêtée depuis une dizaine d’années. Il estime que la crise sanitaire et économique actuelle devrait créer un élan vers la semaine de quatre jours.

« À la faveur de la crise sanitaire et de la récession qui s’ensuivra, la semaine de quatre jours s’apprête à être propulsée sur le devant de la scène économique. Plus généralement, la flexibilité au travail est sur le point de devenir le thème dominant et le sujet brûlant auprès de toute une génération d’actifs qui est même disposée à échanger un peu de revenu pour plus de qualité dans la vie privée, pour moins de temps perdu dans les transports, pour une meilleure formation, pour une planète un peu moins sale et bien sûr pour une productivité améliorée dans le cadre des tâches accomplies. Les entreprises – comme les États – qui décideront d’ignorer cette tendance lourde le feront à leurs propres risques, car la masse salariale dans son écrasante majorité est prête pour ce nouveau chapitre. » Michel Santi