9 juillet 2020

Tout s'explique

La forte progression du bio en France

Quelle est la consommation de produits bio en France ?

La consommation de produits biologiques en France a augmenté de 13,5 % en valeur entre 2018 et 2019, selon un rapport publié aujourd’hui par l’Agence Bio, un groupement d’intérêt public de promotion de l’agriculture biologique qui rassemble des représentants des pouvoirs publics et des professionnels. La consommation moyenne de produits bio par an et par habitant s’élevait fin 2019 à 178 euros. La vente de produits frais, comme les fruits et légumes, la crèmerie et les viandes, représente 57 % du marché, mais les produits qui ont connu la plus forte progression en 2019 sont principalement les produits transformés, dont les produits surgelés et la bière. Les Français achètent leurs produits bio majoritairement dans la grande distribution, qui détient près de 55 % des parts de marché, devant la distribution spécialisée (28 %), la vente directe (11 %) et les artisans et commerçants (6 %).

Combien de surfaces agricoles bio la France compte-t-elle ?

8,5 % de la surface agricole française était certifiée bio ou en cours de conversion en 2019, soit deux fois plus qu’en 2014, note le rapport de l’Agence Bio. Les fermes certifiées « agriculture biologique » représentent plus de 10 % des 440 000 exploitations du pays, mais elles sont en moyenne de plus petite taille que les structures d’agriculture conventionnelle. Les pays de l’Union européenne qui comptent la plus grande proportion de surfaces bio sont l’Autriche, l’Estonie et la Suède, avec plus de 20 % de leur surface agricole consacrée au bio en 2018, selon les dernières données de l’institut européen de statistiques Eurostat. La France compte toutefois avec l’Espagne et l’Italie la plus importante superficie d’agriculture biologique de l’UE. 33 % des produits bio vendus en France étaient importés en 2019.

Quels sont les objectifs de la France en matière d’alimentation bio ?

La loi sur l’agriculture et l’alimentation promulguée en novembre 2018 prévoit d’atteindre l’objectif de 15 % de surface agricole bio d’ici 2022. Elle fixe également l’engagement de proposer 20 % de produits bio dans la restauration collective à la même échéance. Dans le cadre de cette loi, un plan d’action baptisé « Ambition Bio 2022 », présenté en juin 2018, accompagne ces engagements et prévoit entre autres un renforcement des aides à la conversion au bio. Il est doté de 1,1 milliard d’euros. Selon le rapport de deux sénateurs sur les financements publics consacrés à l’agriculture bio, publié en février, ce plan est « hors d’atteinte », car le nombre de surfaces agricoles en conversion demeure trop faible. Ils estiment que les engagements fixés pour 2022 devraient être repoussés à 2026.