16 juillet 2020

Tout s'explique

Les conflits frontaliers entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan

Que se passe-t-il à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ?

Des combats ont eu lieu aujourd’hui à la frontière nord entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, dans la région de Tovuz. Le ministère arménien des Affaires étrangères a fait état de l’utilisation « de mortiers et d’artillerie lourde » par les forces azerbaïdjanaises, qui ont été « repoussées avec des pertes », sans en préciser le nombre. Il les accuse d’avoir ciblé « délibérément des infrastructures civiles ». Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a déclaré que l’armée arménienne avait fait usage d’artillerie lourde sur des positions de ses forces. Les combats avaient commencé dimanche dans cette région frontalière, les deux pays s’accusant mutuellement d’avoir lancé les hostilités. Un bref cessez-le-feu avait été observé hier entre les deux armées. Selon le dernier bilan donné par le ministère arménien de la Défense hier, quatre soldats arméniens et 12 Azerbaïdjanais sont morts lors des combats.

Pourquoi les deux pays sont-ils en conflit depuis des années ?

L’Arménie et l’Azerbaïdjan sont en conflit depuis la fin des années 1980 au sujet de la région séparatiste du Haut-Karabakh (ou Nagorny-Karabakh). Ce territoire en majorité peuplé d’Arméniens est enclavé en Azerbaïdjan et situé près de la frontière sud avec l’Arménie (voir la carte). Il avait été rattaché par l’Union soviétique (URSS) à l’Azerbaïdjan. En 1991, avec l’éclatement de l’URSS, le Haut-Karabakh a déclaré son indépendance, avec le soutien de l’Arménie, sans être reconnu par l’ONU. Cette déclaration d’indépendance a déclenché une guerre avec l’Azerbaïdjan, qui a fait environ 30 000 morts. En 1994, un cessez-le-feu a été conclu sans pour autant qu’un traité de paix soit signé. Depuis, les accrochages militaires entre forces arméniennes et azerbaïdjanaises y sont réguliers. En avril 2016, des combats ont fait une centaine de morts dans le Haut-Karabakh. Il s’agit des affrontements les plus meurtriers à ce jour depuis 1994.

Qui pilote les négociations de paix entre les deux pays ?

Le groupe de Minsk est une médiation mise en place par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, une organisation de sécurité qui réunit 57 États. Créé en 1992 et coprésidé par la France, la Russie et les États-Unis, le groupe de Minsk est chargé d’organiser les négociations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan au sujet du Haut-Karabakh. S’il a permis de parvenir au cessez-le-feu de 1994, ses tentatives pour aboutir à un traité de paix n’ont pas été concrétisées. Dans une analyse publiée en 2017 sur le site de l’Iris, un centre français de réflexion, le chercheur Samuel Carcanague mettait en cause les relations entre la Russie d’un côté et les États-Unis et la France de l’autre qui « se sont fortement dégradées » depuis les années 2010. Mardi, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui soutient l’Azerbaïdjan, a déclaré que la Turquie n’hésiterait pas à « s’opposer à toute attaque contre les droits et le territoire de l’Azerbaïdjan ».