31 juillet 2020

Tout s'explique

Le port du masque en extérieur s’étend en France

Quelles nouvelles dispositions ont été prises sur le port du masque en extérieur ?

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé ce matin que les préfets pouvaient désormais étendre par arrêté l’obligation du port du masque aux lieux publics ouverts, pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. « Cette décision pourra être prise localement, en fonction de l’évolution de l’épidémie », précise Olivier Véran sur Twitter. Au niveau national, seul le port du masque dans les lieux publics clos est obligatoire à partir de 11 ans. La préfecture du Nord a annoncé aujourd’hui que le port du masque serait obligatoire à compter de lundi dans les zones à forte concentration de population de la métropole de Lille, comme les zones piétonnes et les espaces verts, en raison de la recrudescence de cas de Covid-19. De nombreuses autres villes (voir la carte) ont déjà pris des mesures similaires ces derniers jours.

Que sait-on de la transmission du virus dans l’air en extérieur ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), une agence de l’ONU, a reconnu le 7 juillet « le potentiel de transmission aérienne » du Sras-CoV-2, en particulier dans « les endroits surpeuplés, fermés et mal ventilés ». La plupart des foyers de contamination recensés en France se trouvent dans les entreprises, les établissements de santé et le milieu familial élargi, selon Santé publique France, un organisme public dépendant du ministère de la Santé. Le risque de transmission dans l’air est moindre en extérieur qu’en intérieur, d’après les connaissances scientifiques actuelles, en raison du vent qui disperse les gouttelettes. « Mais c’est le type d’interactions que vous avez lorsque vous êtes à l’extérieur qui est important », déclarait au New York Times début juillet l’immunologiste Erin Bromage. Un contact rapproché et prolongé en extérieur peut tout de même présenter un risque de contagion.

Quel est le rôle des jeunes dans la propagation du virus ?

« Les preuves suggèrent que les pics de cas dans certains pays sont dus en partie au fait que les jeunes baissent la garde pendant l’été de l’hémisphère nord », a déclaré hier le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Santé publique France a souligné dans son point épidémiologique hier que le nombre de cas positifs sur 100 000 habitants augmentait « particulièrement chez les 20-30 ans ». 48 % des personnes contaminées en Ille-et-Vilaine ont entre 18 et 25 ans, a également rapporté hier l’Agence régionale de santé de Bretagne, pointant « l’activité sociale forte » de ces jeunes. Une étude publiée hier dans la revue américaine JAMA Pediatrics souligne que les enfants de moins de 5 ans infectés présentent 10 à 100 fois plus de charge virale dans les voies respiratoires que les enfants plus âgés et les adultes, suggérant que ces enfants pourraient être très contagieux.