4 août 2020

Tout s'explique

Trump menace d’interdire TikTok aux États-Unis

Quelles sont les craintes de Donald Trump vis-à-vis de TikTok ?

Le président américain, Donald Trump, a déclaré hier soir que l’activité aux États-Unis de l’application de partage de vidéos TikTok, propriété de l’entreprise chinoise ByteDance, devrait cesser « autour du 15 septembre », « à moins que Microsoft ou une autre entreprise » la rachète d’ici là. La veille, l’entreprise américaine Microsoft avait annoncé poursuivre des négociations avec le réseau social. Donald Trump menace TikTok d’interdiction sur le territoire américain parce qu’il soupçonne l’entreprise de partager des données personnelles de ses utilisateurs avec les services de renseignement chinois. Les départements américains des Affaires étrangères et de la Défense ont d’ailleurs interdit l’usage de l’application sur les appareils professionnels de leurs agents. TikTok revendique 100 millions d’utilisateurs aux États-Unis.

Comment l’application TikTok s’est-elle développée ?

L’entreprise chinoise de distribution de contenus en ligne ByteDance, fondée en 2012, a lancé en 2016 l’application de partage de vidéos Douyin, accessible uniquement en Chine, avant de créer en 2017 TikTok, sa déclinaison pour les marchés extérieurs. Les deux applications fonctionnent de la même manière, permettant de partager de courtes vidéos avec de la musique, mais elles proposent des contenus et fonctionnent avec des serveurs différents. Le rachat en 2019 par ByteDance d’une autre application de partage de vidéos, Musical.ly, a contribué à son développement au-delà de l’Asie. TikTok est particulièrement populaire chez les adolescents. Plusieurs personnalités politiques et médias l’ont également investie. Selon un bilan publié en avril par le cabinet d’analyse App Annie, le réseau social compte environ 800 millions d’utilisateurs actifs et a été l’application la plus téléchargée dans le monde au premier trimestre 2020.

Comment TikTok tente-t-il de démontrer son indépendance du gouvernement chinois ?

TikTok a réfuté à plusieurs reprises les accusations qui lui sont faites concernant ses liens avec le gouvernement chinois. Un Américain, Kevin Mayer, a été nommé à la tête de l’entreprise en juin. Dans une note de blog publiée la semaine dernière, il a déclaré : « Nous ne sommes pas politiques, nous n’acceptons pas de publicités politiques et n’avons pas de programme. » Pour afficher une distance vis-à-vis des autorités chinoises, la modération du réseau social s’effectue depuis plusieurs bureaux situés hors de Chine, par exemple à Los Angeles ou Dublin. L’entreprise a déclaré en décembre que toutes les données des utilisateurs américains étaient stockées aux États-Unis, avec une sauvegarde à Singapour. Début juillet, pour montrer son désaccord avec la loi chinoise sur la sécurité nationale qui venait d’entrer en vigueur à Hong Kong, TikTok a annoncé, comme d’autres réseaux sociaux, qu’il se retirait de ce territoire chinois.