6 août 2020

Tout s'explique

Des films diffusés le samedi soir à la télévision

Quelles nouvelles règles s’appliquent aux chaînes de télévision ?

Deux nouveaux décrets parus aujourd’hui au Journal officiel changent certaines règles pour les chaînes de télévision. L’un les autorise à diffuser des films le samedi soir, ce qu’elles ne pouvaient faire jusqu’ici afin d’éviter de nuire à la fréquentation des salles de cinéma. Les chaînes réclamaient la suppression de cette interdiction, face à la concurrence des plateformes de streaming vidéo qui n’y étaient pas soumises. Le décret explique répondre au « constat d’obsolescence de cette réglementation », alors que la multiplication des plateformes de streaming vidéo « ne s’est pas traduite par une diminution de la fréquentation des salles ». Les chaînes peuvent diffuser les films dont elles ont financé la production ou classés art et essai. Le deuxième décret les autorise à proposer de la publicité différenciée à ses spectateurs en fonction des zones de diffusion et, pour 18 mois, à accepter la diffusion de spots publicitaires pour le secteur du cinéma.

Quelle est la place du streaming vidéo en France ?

La télévision reste le principal moyen de consommation de vidéos aujourd’hui en France, selon un rapport publié en mai par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), un établissement public, mais ses audiences baissent et elle fait face au développement de plus en plus important du streaming vidéo. Les services à la demande représentent 36 % de la consommation de vidéos des 18-64 ans, selon le CNC. Le nombre de services de vidéo à la demande continue d’augmenter. En avril, le studio américain de production et d’animation The Walt Disney Company a lancé en France son service Disney+. La plateforme américaine Netflix domine le marché : elle compte plus de 6,7 millions d’abonnés en France, selon son cofondateur et directeur, Reed Hastings, interrogé en janvier par L’Express. Orange et Amazon Prime Vidéo suivent, selon le CNC. En juin, France Télévisions, TF1 et M6 ont lancé des tests pour le développement d’une plateforme commune, Salto.

Quelles difficultés rencontrent les exploitants de salles de cinéma ?

68,8 % des Français sont allés au cinéma en 2019, soit 43,3 millions de personnes, selon le CNC. Cela représente une augmentation de la fréquentation de 5,6 % par rapport à l’année précédente. Les exploitants de salles déplorent toutefois l’interruption totale de leur activité durant le confinement lié à la crise sanitaire. Depuis l’autorisation de réouverture fin juin, la reprise est très faible, avec une chute de la fréquentation de 70 % et l’annulation ou le report de la distribution de nombreux films, selon la Fédération nationale des cinémas français. Cette union de syndicats professionnels a d’ailleurs alerté le ministère de la Culture fin juillet de ses difficultés, afin de bénéficier d’aides financières supplémentaires. Les exploitants sont également remontés contre l’annulation de la sortie de films au cinéma et leur diffusion sur les plateformes de streaming, comme l’a par exemple annoncé Disney mardi pour son film « Mulan ».