14 août 2020

Tout s'explique

Les Émirats arabes unis reconnaissent Israël

Que prévoit l’accord entre Israël et les Émirats arabes unis ?

Le président américain, Donald Trump, a annoncé hier soir avoir réussi à faire aboutir un accord entre Israël et les Émirats arabes unis visant à normaliser les relations diplomatiques entre les deux pays. À travers ce texte, baptisé « Accord Abraham », les deux pays promettent d’ouvrir des ambassades l’un chez l’autre, de mettre en place des vols directs entre leurs territoires et de signer plusieurs accords bilatéraux portant sur le tourisme, la sécurité, la santé ou l’environnement. Le communiqué commun aux trois pays précise qu’Israël va aussi « suspendre » sa déclaration de souveraineté sur plusieurs zones de Cisjordanie prévue dans le plan de paix présenté en janvier par Donald Trump. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a cependant déclaré hier soir ne pas avoir « renoncé » à cette annexion. Ce rapprochement a lieu alors qu’Israël comme les Émirats arabes unis cherchent à réduire l’influence de l’Iran au Proche-Orient.

Comment réagissent les dirigeants palestiniens ?

Les dirigeants palestiniens ont aussitôt rejeté cet accord. Le Hamas, l’organisation politique et militaire qui contrôle la bande de Gaza, a dénoncé un « coup de poignard dans le dos » de la part des Émirats arabes unis, tandis que l’Autorité palestinienne, qui administre la Cisjordanie, a estimé qu’il s’agissait « d’une trahison de Jérusalem et de la cause palestinienne ». L’Autorité palestinienne a rappelé son ambassadeur présent à Abou Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis, et a réclamé à la Ligue arabe, qui réunit 22 États arabes, et à l’Organisation de la coopération islamique, de se réunir de manière urgente afin de dénoncer cet accord. Cet accord contrevient à un plan proposé par la Ligue arabe en 2002 et auquel les Émirats arabes unis avaient adhéré. Ce plan prévoyait une reconnaissance d’Israël en échange de son retrait des territoires occupés depuis 1967 et de la création d’un État palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale.

Pourquoi l’Égypte et la Jordanie étaient-elles jusqu’ici les seuls pays arabes à reconnaître Israël ?

C’est la première fois depuis 1994 qu’Israël signe un tel accord avec un pays arabe. Jusqu’ici, l’Égypte et la Jordanie étaient les deux seuls pays arabes à avoir des relations diplomatiques avec Israël. La plupart des pays arabes n’ont jamais admis la création en 1948 d’un État juif sur des terres qu’ils considèrent comme appartenant aux Palestiniens. L’Égypte a normalisé ses relations avec Israël lors de la signature d’un traité de paix en 1979, conclu un an après la signature des accords de Camp David déjà négociés sous l’égide des États-Unis. La Jordanie a également entamé des relations diplomatiques avec Israël après la conclusion en 1994 d’un traité de paix, à travers lequel les deux pays ont réglé leurs principaux différends frontaliers. Par cet accord, Israël reconnaît le rôle de la Jordanie dans l’administration des sites musulmans de Jérusalem-Est.