18 août 2020

C'est leur avis

Pour la Russie, la Biélorussie n’est pas l’Ukraine

Le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, s’est rapproché ce week-end du président russe, Vladimir Poutine, afin de s’assurer qu’il pourrait si nécessaire bénéficier de son intervention face à la contestation populaire en Biélorussie. Dans le Washington Post, la journaliste Julia Ioffe, spécialiste de la Russie, estime que Vladimir Poutine ne pourra pas intervenir en Biélorussie comme il l’a fait en Ukraine en 2014.

« Contrairement à certaines parties de l’Ukraine, où un authentique sentiment prorusse et séparatiste pouvait être trouvé en 2014, les Biélorusses sont de plus en plus opposés à rejoindre la Russie, un sujet qui fait l’objet de débats ouverts depuis plusieurs années en Russie et en Biélorussie. […] L’Ukraine a toujours été écartelée dans différentes directions par l’Europe et la Russie, mais l’invasion russe a rendu les Ukrainiens amers à un degré qu’il sera difficile de réparer. Est-ce que Poutine est aussi prêt à perdre une génération de Biélorusses ? Et si des sanctions américaines sont peu probables, de nouvelles sanctions européennes seraient certainement douloureuses. La Russie a bien plus de liens commerciaux avec l’Europe qu’avec les États-Unis et la pandémie de coronavirus n’a pas été tendre avec son économie. » Julia Ioffe