20 août 2020

Tout s’explique

Manifestations contre le régime en Thaïlande

Quelles sont les raisons des manifestations en Thaïlande ?

La justice thaïlandaise a libéré aujourd’hui sous caution neuf personnes, dont l’avocat Anon Nampa ainsi que deux rappeurs, figures de la contestation en cours en Thaïlande. Dimanche, plus de 10 000 personnes s’étaient rassemblées dans la capitale, Bangkok. Il s’agissait de la plus grande manifestation antigouvernementale depuis l’arrivée au pouvoir en 2014 du Premier ministre, Prayut Chan-o-cha. Des rassemblements ont lieu depuis février dans le pays. Ils ont d’abord été menés par des étudiants, avant de s’étendre. « À bas la dictature » faisait partie des slogans scandés. Les manifestants ont affiché plusieurs revendications. Ils réclament la démission du Premier ministre, la réduction des pouvoirs de la monarchie, la rédaction d’une nouvelle Constitution et l’arrêt du harcèlement judiciaire des opposants.

Comment le Premier ministre dirige-t-il le pays depuis 2014 ?

Prayut Chan-o-cha est arrivé au pouvoir en 2014 après un coup d’État mené par l’Armée royale thaïlandaise, dont il était le commandant en chef. Le pays était alors en proie à une crise politique consécutive à de grandes manifestations. Prayut Chan-o-cha a imposé la loi martiale dans le pays, suspendu la Constitution et dissous le Sénat. Soutenu par le roi Rama IX, il a été nommé Premier ministre par le Parlement en août 2014. Deux ans plus tard, il a fait adopter par référendum une nouvelle Constitution, qui favorise les militaires. Des sièges leur sont par exemple réservés au Sénat. En 2019, il a de nouveau été nommé Premier ministre, à l’issue d’élections législatives. Son action est marquée par des « restrictions systématiques et arbitraires pesant sur les droits humains, notamment les droits à la liberté d’expression, de réunion pacifique et d’association », résume l’ONG de défense des droits humains Amnesty International.

Quel est le rôle de la monarchie ?

Le régime thaïlandais est une monarchie constitutionnelle depuis 1932. Issu d’une dynastie qui règne sur le pays depuis 1782, le roi actuel, Rama X, a succédé en 2016 à son père, qui a occupé cette fonction pendant 70 ans. Selon la Constitution, le roi est le chef des armées et il doit être un pratiquant bouddhiste. « Théoriquement, le pouvoir royal thaïlandais est symbolique. Mais dans la pratique, le roi a un grand pouvoir. La royauté, via ses réseaux, ses relations, peut infléchir telle ou telle politique », explique à Libération Christine Cabasset, chercheuse à l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine. Elle ajoute qu’il « n’y a aucun contrôle sur l’organe politique qu’est la royauté ». La critique de la monarchie est punie depuis 1908 : toute personne offensant le roi, la reine, son héritier ou le régent risque une peine allant jusqu’à 15 ans d’emprisonnement.