1er septembre 2020

Tout s'explique

Le masque de plus en plus imposé en France

Quelles nouvelles règles s’appliquent sur le port du masque ?

Depuis aujourd’hui, le port du masque est obligatoire dans les lieux de travail collectifs et clos. Deux exceptions sont autorisées par le protocole sanitaire, publié hier soir par le ministère du Travail : lorsque le salarié travaille seul dans un bureau fermé et dans les ateliers bien ventilés, car le salarié est amené à « effectuer des efforts physiques » intenses. Le port du masque doit être associé aux autres gestes barrières et notamment à la distanciation physique. Cette contrainte peut être assouplie en fonction du niveau de circulation du virus dans le département et de l’aménagement des lieux. À l’école, le port du masque est également obligatoire depuis aujourd’hui pour les collégiens et les lycéens et pour tous les enseignants du primaire et du secondaire. Par ailleurs, le port du masque s’étend en extérieur : il est obligatoire depuis aujourd’hui à Lyon et Villeurbanne et à partir de demain dans la métropole de Rouen.

Que sait-on de l’efficacité du masque contre le Covid-19 ?

Les protocoles sanitaires s’appuient sur les avis du Haut Conseil de la santé publique (HCSP), une instance chargée de conseiller les pouvoirs publics. Le masque est « efficace pour réduire la propagation du virus par les sécrétions respiratoires », a rapporté le HCSP le 28 août. Le port du masque peut réduire de 47 % le risque d’infection pour les travailleurs (hors soignants), selon une analyse des résultats de 21 études publiée le 28 mai par une institution rattachée au département de la Santé des États-Unis. Mais tous les masques ne se valent pas, d’après une étude américaine publiée le 7 août par la revue Sciences Advances qui a comparé l’efficacité de 14 types de masques. Les masques de type FFP2 filtrent près de 100 % des gouttelettes émises par la parole et les masques chirurgicaux plus de 90 %, tandis que ceux en textile en bloquent entre 70 % et 90 %.

Qui sont les membres des mouvements « anti-masques » ?

L’Organisation mondiale de la santé, une agence de l’ONU, a appelé aujourd’hui les gouvernements à « engager un dialogue » avec les manifestants anti-masques. Ce week-end, des rassemblements contre les restrictions liées au Covid-19 ont eu lieu dans plusieurs pays. À Berlin, plusieurs manifestants ont tenté de pénétrer dans le bâtiment abritant la chambre des députés. « La droite radicale a marqué le mouvement de son empreinte », a expliqué le politologue Simon Teune à l’agence de presse allemande DPA. En France, la mobilisation n’a réuni que quelques dizaines de personnes à Paris, mais le mouvement se structure plus largement sur les réseaux sociaux. Selon Tristan Mendès France, maître de conférences et spécialiste des cultures numériques, interrogé le 21 août par Les Échos, il agrège différentes mouvances – complotistes, anti-vaccins ou « Gilets jaunes » – partageant une défiance envers les autorités de santé et, plus largement, envers tout discours officiel.

POUR ALLER PLUS LOIN

Le protocole sanitaire en entreprise publié par le ministère du Travail.

L’article de 20 Minutes sur les anti-masques en France.