2 septembre 2020

Tout s'explique

Ouverture du procès des attentats de janvier 2015

Qui comparaît au procès des attentats de janvier 2015 ?

Le procès des attentats de janvier 2015 s’est ouvert aujourd’hui au tribunal de Paris. 11 personnes y comparaissent devant la cour d’assises spéciale, compétente pour juger les affaires de terrorisme, et trois, toujours recherchées par la police, sont jugées en leur absence. Elles sont soupçonnées d’avoir apporté à des degrés divers un soutien logistique aux auteurs des attaques, les frères Saïd et Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly, tous décédés. 200 personnes se sont constituées parties civiles et 144 doivent témoigner lors du procès. Le verdict est attendu le 10 novembre. Les attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015 ont fait 17 morts : les frères Kouachi ont tué 12 personnes, principalement au siège du journal Charlie Hebdo à Paris, et Amedy Coulibaly a tué une policière à Montrouge et quatre hommes lors de la prise d’otages du magasin Hyper Cacher, à Paris.

Pourquoi le procès est-il filmé ?

Le procès des attentats de janvier 2015 est le premier en matière de terrorisme à être filmé en France. À la demande du parquet national antiterroriste, la cour d’appel de Paris a autorisé cet enregistrement en raison du « retentissement » et de « l’émotion » qu’ont suscités les attentats. En France, il est interdit d’effectuer des enregistrements de procès en images et en sons, mais une loi de 1985 les autorise lorsqu’ils présentent « un intérêt pour la constitution d’archives historiques de la justice ». « Cela permet ainsi de conserver la mémoire des atrocités commises », souligne le ministère de la Justice. Cette loi a été initiée par le ministre de la Justice Robert Badinter, afin que le procès du criminel nazi Klaus Barbie, en 1987, soit filmé. À ce jour, 13 procès ont été enregistrés. Les enregistrements sont conservés aux Archives nationales et sont consultables à des fins historiques ou scientifiques.

Quelle est l’ampleur de la menace terroriste actuelle ?

« Le terrorisme est une menace qui pèse lourdement sur la France », a déclaré le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, ce matin sur Twitter. 32 attentats ont été déjoués depuis 2017 et 8 000 personnes sont fichées pour radicalisation à caractère terroriste, a-t-il précisé. Les principales menaces proviennent de combattants français et étrangers du groupe État islamique qui ont pu rejoindre la France ainsi que « d’individus isolés, voire qui présentent un certain déséquilibre mental » et qui s’inspirent de l’idéologie islamiste, a expliqué lundi sur Franceinfo le procureur du parquet national antiterroriste, Jean-François Ricard. Selon un rapport publié en juin par Europol, l’agence européenne de police criminelle, les pays de l’UE qui ont comptabilisé le plus d’attentats aboutis, déjoués et manqués (islamistes ou non) en 2019 sont le Royaume-Uni et l’Italie, devant la France (voir la carte).

POUR ALLER PLUS LOIN

Un article de France Culture sur les procès filmés.

Les différents types de menace terroriste en Europe expliqués par Le Figaro.