2 septembre 2020

Ça alors

De nouveaux droits pour les travailleurs immigrés au Qatar

Une loi promulguée dimanche au Qatar introduit un salaire minimum de 230 euros par mois pour tous les travailleurs et supprime l’obligation pour les travailleurs immigrés d’obtenir un certificat de leur employeur pour changer de travail. 2 millions d’immigrés travaillent dans l’émirat, soit 95 % de la main-d’œuvre, selon un rapport publié le 24 août par l’ONG de défense des droits humains Human Rights Watch. Elle y estimait que la kafala, le système qui lie les travailleurs migrants à leurs employeurs, « continue de favoriser les abus, l’exploitation et les pratiques de travail forcé ». Le Qatar a commencé à réformer la kafala en 2016 et a abandonné en janvier l’obligation du permis de sortie du pays pour tous les travailleurs étrangers. L’ONG Amnesty International souligne toutefois que les employeurs sont toujours responsables du renouvellement et de l’annulation de leur permis de séjour.