21 septembre 2020

C'est leur avis

Le féminisme humaniste

La vice-présidente du syndicat étudiant Unef, Maryam Pougetoux, s’est présentée jeudi voilée à une audition d’une commission de l’Assemblée nationale à laquelle elle était conviée. Plusieurs députés LR et une élue LREM ont quitté la commission en signe de protestation, mettant en avant la laïcité et le féminisme. La romancière franco-marocaine Leïla Slimani a dénoncé dimanche sur France 5 une attitude méprisante, contraire au féminisme.

« On ne m’a pas dit que la démocratie c’est d’humilier les gens, de les mépriser, de les réifier, de regarder quelqu’un et de lui dire : “Je ne te reconnais pas comme un citoyen, je ne fais pas société avec toi, tu ne m’intéresses pas, je ne veux pas parler avec toi.” On peut être contre le voile, ça je le comprends, chacun a le droit d’avoir les opinions qu’il a. […] Mais il y a une grande différence entre être contre le voile et s’attaquer à une femme voilée. Parce que faire ça, c’est exactement faire la même chose que les gens qui s’attaquent à une femme en cheveux en lui disant qu’elle est une prostituée. C’est réifier la femme et la réduire à ce qu’elle a ou n’a pas sur la tête. […] Que ces gens osent utiliser le mot de féminisme, ça me fait honte. Ce n’est pas ça le féminisme. Le féminisme est un humanisme, ce n’est pas manquer de respect aux gens. » Leïla Slimani