22 septembre 2020

Tout s'explique

Crise au sein du parti majoritaire LREM

Pourquoi plusieurs personnalités quittent-elles leurs fonctions à la direction de LREM ?

Le délégué général adjoint de La République en marche (LREM), Pierre Person, a démissionné hier de ses fonctions à la direction du parti. Numéro 2 du parti présidentiel et député de Paris, il a expliqué au Monde que LREM « ne produit plus d’idées nouvelles » et qu’il « y a besoin de remettre en ordre le processus démocratique » dans le mouvement. Pierre Person a invité « tous ceux qui font partie de la direction à prendre eux aussi leurs responsabilités ». À la suite d’une réunion du bureau exécutif de LREM hier soir, la députée des Yvelines Aurore Bergé a annoncé qu’elle quittait son poste de porte-parole. Elle met en cause le report du renouvellement des membres du bureau exécutif, prévu initialement en novembre, après les élections régionales du mois de mars 2021. Le député de la Vienne Sacha Houlié a également annoncé qu’il n’assumerait plus de responsabilités internes au parti.

Quels sont les derniers résultats électoraux du parti ?

Dimanche, LREM a été battu dès le premier tour des élections législatives partielles qui se tenaient dans six circonscriptions. Lors des législatives de 2017, LREM avait remporté 308 sièges à l’Assemblée nationale. Depuis, 38 députés ont quitté le groupe parlementaire et LREM a perdu la majorité absolue à l’Assemblée. Beaucoup de ces députés ont toutefois rejoint le MoDem, allié à LREM. Aux élections municipales fin juin, LREM n’a remporté aucune ville de plus de 100 000 habitants, à l’exception du Havre, et s’est incliné dans plusieurs grandes villes face à des candidats Europe Écologie Les Verts malgré des alliances avec la droite. Selon LREM, 146 maires soutenus ou investis par le parti ont été élus dans les quelque 1 100 communes de plus de 9 000 habitants. Aux élections européennes de 2019, la liste LREM, alliée au MoDem, avait été devancée de peu par celle du Rassemblement national, mais les deux listes avaient obtenu le même nombre de sièges.

Comment s’explique la crise que connaît LREM ?

Emmanuel Macron a lancé En Marche en avril 2016 alors qu’il était ministre de l’Économie. Ce mouvement a accompagné sa campagne électorale pour la présidentielle et En Marche est devenu La République en marche au lendemain de son élection en mai 2017. « Cette formation politique a été créée autour de la personnalité d’Emmanuel Macron », a souligné le politologue Bruno Cautrès aujourd’hui sur Franceinfo. Il explique la crise que connaît aujourd’hui le parti par plusieurs facteurs : la diversité idéologique des militants, son manque « d’emprise avec le territoire » ou encore sa difficulté à « incarner ce qu’est le macronisme en dehors d’Emmanuel Macron ». Pierre Person a critiqué hier dans Le Monde « une organisation trop repliée sur elle-même » et restée « dans sa logique de 2017 ». LREM revendique sur son site « plus de 400 000 adhérents », mais contrairement aux autres partis, ces personnes n’ont pas à s’acquitter de cotisations.

POUR ALLER PLUS LOIN