24 septembre 2020

Tout s'explique

De nouvelles restrictions en France face au Covid-19

Qu’a annoncé Olivier Véran ?

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé hier soir de nouvelles mesures de restrictions pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Dans 69 départements désormais classés en « zone rouge », c’est-à-dire où le virus circule activement, les rassemblements, par exemple pour un mariage, seront limités à 30 personnes à partir de lundi. Dans 11 villes de ces départements, dont Paris, Lille, Lyon ou encore Toulouse, classées « zones d’alerte renforcée », les rassemblements de plus de 10 personnes seront interdits dans l’espace public tout comme les fêtes locales ou étudiantes. Les salles de sport, des fêtes et les gymnases seront fermés et les bars devront fermer à 22 heures. Le télétravail doit être favorisé. Une fermeture totale des bars et des restaurants est prévue dès samedi dans la Métropole d’Aix-Marseille et en Guadeloupe (placées en « zone d’alerte maximale »). La maire de Marseille, Michèle Rubirola, a critiqué ces restrictions, estimant que « rien dans la situation sanitaire » de la métropole ne justifiait cette annonce.

Sur quels critères s’appuient ces décisions ?

Pour classer les territoires dans les différentes zones d’alerte, le gouvernement se fonde à présent sur trois indicateurs : le taux d’incidence, qui évalue le nombre de nouveaux cas positifs pour 100 000 habitants sur une semaine, le taux d’incidence pour les personnes âgées de 65 ans et plus, qui sont les plus susceptibles d’avoir une forme grave d’infection, et la part des patients atteints du Covid-19 dans les services de réanimation de la région. L’objectif du gouvernement est de préserver les capacités hospitalières alors qu’au rythme actuel de la propagation du virus, 40 % des capacités de réanimation seront utilisées en octobre et 85 % d’ici le 11 novembre, selon Olivier Véran. En Guadeloupe, le Centre hospitalier universitaire de Pointe-à-Pitre a décidé de déprogrammer pour 15 jours toutes les opérations non urgentes.

Quelle est la situation en Europe ?

La commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, a demandé aujourd’hui aux États membres de durcir leurs mesures face à la propagation du Covid-19. Elle a souligné que « certains États membres » connaissaient désormais « un nombre plus élevé de cas que lors du pic de mars ». Elle s’appuie pour l’affirmer sur une étude publiée aujourd’hui par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, une agence de l’UE, qui a analysé la situation dans 31 pays européens. Il en ressort que 20 pays, dont la France, le Royaume-Uni ou encore l’Espagne, présentent une hausse inquiétante du nombre de cas de Covid-19 détectés. La Belgique et la Suède, qui étaient jusqu’à présent plutôt épargnées, font partie de ce groupe depuis le 20 septembre. Le rapport note que pour l’ensemble de ces pays, la situation se dégrade, avec des contaminations de plus en plus fréquentes chez les plus de 65 ans.

POUR ALLER PLUS LOIN

Les questions-réponses du Parisien après les restrictions annoncées.