L’épopée du chewing-gum. De sa création fortuite issue d’une demande d’un général mexicain voulant faire fortune dans les pneus à sa distribution aux soldats pour qu’ils conservent une haleine fraîche, le chewing-gum est devenu en moins d’un siècle l’un des symboles de l’hégémonie culturelle des États-Unis. RetroNews, un site de la Bibliothèque nationale de France, raconte sa création et son succès fulgurant, coupures de journaux d’époque à l’appui.

Trafic d’antiquités. Au cœur d’un musée ou dans les tréfonds d’Internet, impliquant fouilleurs amateurs ou prestigieux acteurs du monde de l’art, pillage massif ou vol isolé : si le trafic de biens culturels est difficile à cerner, c’est parce qu’il est multiforme. La Youtubeuse Charlie Danger explore ce phénomène, ses causes et ses conséquences en ayant recours à des montages audacieux et en multipliant les références à la pop culture sur sa chaîne Les Revues du Monde.

La fabrique du silence. Dans la famille de Charlotte Pudlowski, ça parle fort et on n’a aucun mal à exprimer ses sentiments. Pourtant, un sujet n’a pas réussi à se faire une place dans la conversation : l’inceste vécu par sa mère. Cofondatrice du studio de podcasts Louie Media, elle a alors cherché à comprendre, avec l’aide d’autres victimes et d’experts, pourquoi le silence continue de s’imposer autour de ce sujet dans une série de podcasts, « Ou peut-être une nuit », brillamment réalisée.

Papa à la maison. La Suisse est un des rares pays à ne pas octroyer de congé aux pères à la naissance d’un enfant, mais un référendum prévu dimanche propose de changer cette situation. Pour savoir comment se déroulent les congés paternité à travers le monde, le quotidien suisse Le Temps a interviewé en vidéo des pères espagnol, allemand, américain et japonais. Si le Japon octroie le plus long congé payé pour les pères, il est aussi le pays où il est le plus difficile d’exercer ce droit en raison de la pression sociale.