29 septembre 2020

C'est leur avis

Le défaillant contrôle fiscal des plus riches

Le New York Times a publié dimanche une enquête selon laquelle le président des États-Unis, Donald Trump, a payé peu ou pas d’impôts sur le revenu pendant une dizaine d’années en déclarant des pertes importantes. Dans un éditorial publié hier, le journal dénonce un affaiblissement délibéré du contrôle fiscal des plus riches.

« Dans les années qui ont précédé sa présidence, Donald Trump a vécu luxueusement en payant peu d’impôts sur le revenu. […] Cela illustre les profondes inégalités du code fiscal et la désorganisation du contrôle. Le gouvernement a fortement réduit la part des revenus qu’il collecte en impôts auprès des Américains les plus riches. Une étude récente a montré que les 400 ménages les plus riches versaient 70 % de leur revenu total en impôts fédéraux et locaux en 1950, 47 % en 1980 et 23 % en 2018. […] Les riches ne cessent de devenir plus riches pendant que le service des impôts (IRS) ne cesse de rétrécir. Les Républicains au Congrès ont sabré le financement de l’IRS, dépouillant l’agence d’une part de son expertise, de ses ressources et de son autorité. Le nombre de contrôleurs de l’IRS a chuté d’un tiers depuis 2010. Le gouvernement n’a jamais employé si peu de personnes pour traquer les mauvais payeurs depuis les années 1950. »