Du Lasso au bio. Paul François faisait partie des grands céréaliers, jusqu’à ce qu’il soit intoxiqué par l’herbicide Lasso commercialisé par la firme Monsanto et qu’il en garde des séquelles. Cet événement l’a décidé à convertir toutes ses terres en bio. Le réalisateur Éric Guéret l’a suivi dans cette démarche pour un documentaire rediffusé cette semaine sur France 2 et disponible jusqu’au 9 octobre. Paul François y raconte ses doutes et ses difficultés en toute transparence, ainsi que son goût retrouvé pour le travail de la terre.

À bas les diktats. Grâce au confinement, de nombreuses femmes ont décidé d’accepter des cheveux blancs qu’elles teignaient, ont apprécié se débarrasser d’un soutien-gorge oppressant ou se sont habituées à leur tête sans maquillage. Pour Slate.fr, la journaliste Dorothée Duchemin fait témoigner plusieurs d’entre elles, qui racontent le bien-être que cela leur a procuré et pourquoi elles ont décidé de continuer. Plusieurs sociologues analysent aussi l’évolution des codes esthétiques.

Famille d’accueil. Marie Provôt et son mari forment une famille d’accueil pour personnes âgées. Chez eux vivent Thérèse, Lili et Raymond, dont ils prennent soin. Dans Bastamag, la journaliste Rachel Knaebel décrit cette alternative « humaine » aux établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Elle explique cependant que le dispositif peine à se développer, en raison du statut précaire des familles aidantes.

Sans comique. Vincent Connare est l’inventeur de la police de caractères Comic Sans, créée en 1995. Dans une courte interview vidéo pour Konbini, il raconte avec sérieux la genèse de cette typographie qui lui a été commandée par Microsoft et qui s’est retrouvée sur presque tous les ordinateurs du monde. Il explique à quel point cette police, inspirée de l’univers des bandes dessinées, a été compliquée à dessiner à la souris sur son ordinateur.