6 octobre 2020

C'est leur avis

Ne pas surinterpréter les vêtements

En réaction à l’interdiction faite à plusieurs jeunes filles de venir en classe en raison de « crop top », des T-shirts que leurs établissements jugeaient trop courts, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a déclaré il y a deux semaines qu’on ne pouvait pas s’habiller à l’école comme « à la plage ou en boîte de nuit ». L’historienne Christine Bard, spécialiste de l’histoire des femmes, estime dans Le Monde qu’interpréter la signification des vêtements est une erreur [€].

« Prudemment, beaucoup de règlements intérieurs dans les lycées ne mentionnent que l’obligation de tenues “décentes” ou “correctes”, sans insister et sans lister des vêtements prohibés. Les problèmes éventuels sont souvent traités dans les établissements par la discussion, au cas par cas. Espérons qu’ils le sont avec délicatesse, car il est humiliant d’être stigmatisée pour une minijupe ou un crop top, interprétés comme des signes de disponibilité sexuelle. Il n’y a pas d’accord sur ce que veut ‘dire’ un crop top au lycée. Les adultes projettent leurs fantasmes et leurs paniques morales sur les ados en train de découvrir leur identité et leur sexualité. ” Christine Bard