Décolonisations. À partir du XVIe siècle, la France s’est bâti un empire colonial à travers le monde, convaincue d’y apporter « génie et progrès », comme le rapporte le documentaire en deux parties « Décolonisations, du sang et des larmes », diffusé cette semaine sur France 2. À rebours de cette pensée, ce film met en lumière, à travers des images d’archives et des témoignages, une autre facette de l’histoire : l’exploitation, les injustices et les humiliations vécues, qui marquent encore aujourd’hui leurs descendants.

Anthropomorphisme. Les animaux sont parfois drôles malgré eux, surtout quand ils adoptent des postures qui semblent celles d’humains. Slate.fr propose plusieurs des clichés en compétition pour remporter les Comedy Wildlife Photography Awards, un concours de photos animalières amusantes. Vous y découvrirez un jeune phoque qui semble rire à gorge déployée et un martin-pêcheur qui défie l’autorité.

Les missions des zoos. Pourquoi maintenir des animaux sauvages dans les zoos, alors que le gouvernement prévoit de les interdire progressivement dans les cirques ? Parce que la vocation des zoos n’est pas seulement de divertir le public, répond Audrey Maille, chercheuse au Muséum national d’histoire naturelle, dans le site The Conversation. Elle explique comment ils participent aussi à la conservation de la biodiversité, en aidant à réintroduire des animaux dans leur espace naturel.

Fail in love. Les applications de rencontre peuvent donner lieu à des rendez-vous incongrus, à des surprises ou à des déceptions. C’est tout ce panel qu’explore la série animée « L’Amour a ses réseaux », adaptée des chroniques « Tinder Surprise » publiées sur L’Obs, qui a remporté cette semaine un prix au festival international du film d’animation d’Ottawa, au Canada.