13 octobre 2020

C’est leur avis

Contrer la défiance structurelle envers la police

Plusieurs attaques ont eu lieu récemment contre des policiers, comme samedi dernier au commissariat de Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne. Dans 20 Minutes, Sebastian Roché, directeur de recherche au CNRS, pense que rien n’est fait pour enrayer la défiance entre la population des quartiers pauvres et la police en France.

« On n’est pas sur un épiphénomène. Les gouvernements traitent ça à chaque fois comme des problèmes ponctuels ici ou là : non, il y a une défiance structurelle qui s’est installée dans les quartiers pauvres face à la police. […] En France, depuis 40 ans, on s’est engagé sur un modèle qui veut que la bonne police c’est la police qui fait peur. En Allemagne, ils ne font pas ça. Ils se sont engagés sur une voie de “désescalade” dans leur relation avec les quartiers pauvres. Ils sont engagés dans une politique de capacité à comprendre la diversité culturelle, d’en tenir compte, mais aussi d’aller chercher et établir des relations positives avec différents groupes de personnes qui vivent dans ces quartiers défavorisés. C’est ça qu’en France on ne voit pas : de mise en place de politique pour dépasser la défiance. » Sebastian Roché