14 octobre 2020

Ça se chiffre

La répartition inégalitaire de l’épargne

70 % des montants épargnés en France entre les mois de mars (début du confinement) et d’août l’ont été par les 20 % les plus riches, selon une étude du Conseil d’analyse économique (CAE), un groupe de réflexion chargé de conseiller le Premier ministre, publiée lundi. Les 20 % des foyers les plus modestes se sont au contraire globalement endettés ou ont diminué leur épargne. Cette étude s’appuie sur les données bancaires du groupe Crédit Mutuel Alliance fédérale, sur la base d’un échantillon de 300 000 ménages anonymisés. En analysant les achats par carte, les retraits d’espèces et les paiements par chèque, le CAE a également retracé les comportements de consommation entre mars et août (hors virements et prélèvements). Il conclut que « plus les personnes sont aisées et plus leur consommation a baissé sur toute la période », celle-ci allant habituellement « bien au-delà des biens essentiels ». À l’inverse, « les ménages modestes ont moins baissé leur consommation, puisque celle-ci se concentre plus sur les biens essentiels ».