16 octobre 2020

Ça alors

L’Autorité judiciaire iranienne réaffirme l’interdiction de la torture

L’Autorité judiciaire d’Iran, la plus haute autorité juridique du pays, a délivré hier une circulaire à tous les services judiciaires qui interdit le recours à « toute torture physique et mentale », aux menaces ou encore à la détention illégale. Cette circulaire souligne le droit de choisir librement un avocat et le principe de la présomption d’innocence. Elle rappelle en réalité des droits figurant dans la Constitution et vise à « renforcer la confiance des citoyens » dans le système judiciaire. Ce texte a été publié une semaine après une polémique déclenchée par la diffusion de vidéos montrant des policiers brutalisant des détenus. L’ONU et des ONG accusent régulièrement l’Iran de ne pas respecter les droits humains. Amnesty International a rapporté dans une enquête début septembre que des manifestants arrêtés l’an dernier ont été détenus arbitrairement, privés d’avocats et torturés par les forces de sécurité « avec la complicité de juges et procureurs ».