21 octobre 2020

Tout s’explique

Une politique agricole commune plus écologique

Qu’ont décidé les ministres européens de l’Agriculture ?

Les ministres de l’Agriculture des pays de l’Union européenne (UE) se sont mis d’accord ce matin sur une réforme de la politique agricole commune (PAC) destinée à mieux prendre en compte la lutte contre le réchauffement climatique. Les aides européennes seront conditionnées au respect de pratiques « bénéfiques pour le climat et l’environnement », selon le communiqué publié à l’issue des débats. 20 % des aides directes versées aux agriculteurs seront réservées à ceux allant au-delà des exigences environnementales de base et s’impliquant dans des domaines comme l’agriculture de précision (qui recourt aux technologies pour optimiser les cultures), l’agroforesterie et l’agriculture biologique. Les États seront libres de définir d’autres domaines en fonction de leurs besoins. La réforme de la PAC, dont l’entrée en vigueur est prévue en 2023, doit encore faire l’objet d’un accord entre les propositions des États membres et celles des députés européens, qui en débattent cette semaine.

Qu’est-ce que la PAC ?

La PAC a été lancée en 1962 dans le but de garantir l’autosuffisance alimentaire des pays européens. S’y sont ajoutés plus tard des objectifs de garantie de la sécurité sanitaire, d’aide au développement rural et de soutien à une agriculture plus respectueuse de l’environnement. Elle se traduit principalement par le versement de subventions. Depuis une réforme entrée en vigueur en 2006, celles-ci ne sont plus attribuées aux agriculteurs selon le niveau de leur production, mais principalement selon la taille de leurs exploitations afin de ne pas encourager la surproduction. Avec 336,4 milliards d’euros, la PAC représente 31 % du montant du budget de l’Union européenne pour la période 2021-2027 – hors plan de relance – sur lequel les dirigeants des États membres se sont mis d’accord en juillet. Pour la période 2014-2020, la France en était de loin le principal bénéficiaire avec 15 % du total, devant l’Espagne, l’Allemagne, l’Italie et la Pologne, selon la Commission européenne.

Quels reproches lui sont faits ?

La PAC fait l’objet de plusieurs critiques, dont celles d’encourager une agriculture intensive sur de grandes surfaces en attribuant les aides en fonction de la taille des exploitations. Dans un communiqué publié aujourd’hui, le collectif Pour une autre PAC, qui rassemble 44 organisations dont la Confédération paysanne et l’ONG environnementale Greenpeace, déplore ainsi une « diminution constante du nombre de fermes » en France. Le Bureau européen de l’environnement, une coalition d’organisations environnementales, estime que malgré les annonces du jour la majorité des sommes versées dans le cadre de la PAC s’accompagnent de conditions environnementales nettement insuffisantes. Une enquête publiée par le New York Times fin 2019 pointait également des conflits d’intérêts dans l’attribution des aides de la PAC, bénéficiant aux proches de certains dirigeants européens, en particulier en Hongrie.

POUR ALLER PLUS LOIN

Une brève histoire de la PAC sur Toute l’Europe.