26 octobre 2020

Tout s’explique

La Turquie appelle au boycott des produits français

Pourquoi le président turc a-t-il appelé au boycott des produits français ?

Le président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a appelé ce matin au boycott des produits français. « Une campagne de lynchage semblable à celle contre les juifs d’Europe avant la Seconde Guerre mondiale est en train d’être menée contre les musulmans », a soutenu le président turc lors d’un discours à Ankara. Samedi, il a mis en cause la « santé mentale » d’Emmanuel Macron, qui avait défendu la veille le droit de caricaturer le prophète Mahomet dans son hommage au professeur Samuel Paty, assassiné par un terroriste. Des appels au boycott de produits français, notamment agroalimentaires, sont relayés depuis dans plusieurs pays arabo-musulmans, comme au Qatar et au Koweït. Le ministère des Affaires étrangères a dénoncé hier des attaques « instrumentalisées par une minorité radicale ». Il a également condamné « une propagande haineuse et calomnieuse » de la Turquie et rappelé son ambassadeur à Ankara pour consultation.

Quel est le niveau des échanges commerciaux entre la France et la Turquie ?

Les échanges commerciaux franco-turcs de biens ont atteint « leur zénith » en 2019, avec une hausse de 4,8 % par rapport à 2018, écrit la direction générale du Trésor dans une note de février accompagnant le rapport annuel du commerce extérieur de la France. Cette hausse est portée par l’augmentation des importations de produits turcs, qui s’établissent à 8,8 milliards d’euros, tandis que la France a exporté 5,9 milliards d’euros de biens vers la Turquie en 2019, soit 1,2 % du total de ses exportations. La Turquie est le 14e client et le 12e fournisseur de la France. Les exportations françaises concernent le secteur des transports (aéronautique, pièces automobiles) et les produits sidérurgiques et la France importe principalement de Turquie des véhicules automobiles, des appareils électroménagers et du textile. La France a exporté en 2019 pour 14,8 milliards d’euros de biens dans l’ensemble du Moyen-Orient, soit 3 % du total de ses exportations, selon la direction générale du Trésor.

Sur quels autres sujets la France et la Turquie s’opposent-elles ?

Recep Tayyip Erdogan et Emmanuel Macron s’opposent depuis plusieurs mois sur de nombreux sujets géopolitiques. Le président français a pris position pour la Grèce dans son conflit avec la Turquie au sujet des eaux territoriales en Méditerranée, où des navires turcs mènent des recherches d’hydrocarbures. La France s’est aussi impliquée dans le conflit au Haut-Karabakh, une région indépendantiste située en Azerbaïdjan, appelant à la fin des hostilités, auxquelles elle accuse la Turquie de prendre part via des mercenaires étrangers. Recep Tayyip Erdogan a qualifié d’« abus de pouvoir » les mesures d’Emmanuel Macron pour lutter contre le « séparatisme islamiste », présentées début octobre. Elles prévoient notamment de mettre fin au système des imams étrangers envoyés en France, alors que la moitié des 300 imams détachés en France viennent de Turquie, selon un rapport sénatorial de 2016.

POUR ALLER PLUS LOIN

Le détail des échanges commerciaux avec les pays concernés par les appels au boycott dans Le Figaro.