27 octobre 2020

Tout s’explique

1,1 milliard de tonnes de plastique en mer Méditerranée

Quelle est l’ampleur de la pollution plastique dans la mer Méditerranée ?

Environ 1,1 milliard de tonnes de plastique sont accumulées en mer Méditerranée, selon l’estimation réalisée dans un rapport publié aujourd’hui par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), une organisation internationale indépendante. D’après ce rapport, environ 229 000 tonnes de déchets plastiques y sont déversés chaque année. « Sans intervention significative », l’UICN estime qu’environ 500 000 tonnes de plastique seront répandues chaque année en mer Méditerranée d’ici 2040. 6 % du plastique déversé chaque année se présente sous la forme de microplastiques, c’est-à-dire de particules qui se mélangent à l’eau. Parmi ces microplastiques se trouvent principalement de la poussière de pneu (53 %), des textiles (33 %) et des microbilles présentes dans les cosmétiques (12 %). Selon le rapport, l’Égypte (environ 74 000 tonnes par an), l’Italie (34 000 tonnes) et la Turquie (24 000 tonnes) sont les pays qui rejettent le plus de plastique en mer Méditerranée.

Quelles sont les conséquences de cette pollution ?

« La pollution plastique est source de dommages à long terme aux écosystèmes terrestres et marins et à la biodiversité », explique Minna Epps, directrice du programme marin et polaire mondial de l’UICN. Les animaux marins peuvent ainsi « se retrouver coincés ou avaler des déchets plastiques et finir par mourir d’épuisement et de faim ». Cette pollution libère également des « substances chimiques telles que des adoucissants ou des retardateurs de flamme », des additifs souvent ajoutés aux plastiques. Dans un rapport publié en août sur la pollution aux microplastiques, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, un établissement public, souligne que les microplastiques contaminent la chaîne alimentaire et constituent « un environnement favorable à la colonisation par certains micro-organismes aquatiques », comme des virus et des bactéries, pouvant ainsi véhiculer des espèces pathogènes et nuisibles qui risquent de « bouleverser l’équilibre biologique des zones qu’elles colonisent ».

Quelles solutions existent pour lutter contre cette pollution ?

La pollution plastique en mer est principalement causée par une « mauvaise gestion des déchets », explique l’UICN. La collecte des déchets est donc le « facteur clé » pour la réduire. D’après son rapport, l’interdiction des sacs plastiques dans tout le bassin méditerranéen permettrait aussi de réduire les rejets de plastique d’environ 50 000 tonnes par an. Une directive européenne prévoit leur interdiction dans toute l’UE en 2021, avec d’autres plastiques à usage unique. La troisième action la plus efficace est de nettoyer la surface du Nil, selon l’UICN. Plusieurs initiatives existent pour assainir l’eau des rivières et des fleuves, avant qu’elle n’atteigne la mer. Un projet privé, Blue Barriers, mis au point en 2019, consiste en deux barrières flottantes, placées en diagonale sur un fleuve et légèrement décalées, créant un courant qui transporte les déchets jusqu’à la rive où ils sont alors collectés (voir la vidéo). Les péniches autonomes de l’ONG Ocean Cleanup permettent aussi de collecter des déchets plastiques flottants (voir la présentation).

POUR ALLER PLUS LOIN

Le communiqué de l’UICN, qui donne un lien vers son rapport complet.

Notre infographie de 2019 sur la production de plastique et ses déchets.