30 octobre 2020

Tout s’explique

140 migrants meurent noyés au large du Sénégal

Que s’est-il passé au large du Sénégal ?

Au moins 140 personnes sont mortes noyées au large du Sénégal après le naufrage d’un navire transportant environ 200 migrants, a rapporté hier soir l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), un organisme de l’ONU. L’OIM a déclaré qu’il s’agissait du « naufrage le plus meurtrier enregistré en 2020 ». L’embarcation avait quitté le port d’une ville côtière du Sénégal samedi dernier et avait pour destination les îles Canaries, un archipel espagnol situé dans l’océan Atlantique, au large du Maroc (voir la carte). Selon l’OIM, le navire a pris feu et a chaviré. Le gouvernement sénégalais a rapporté mardi avoir renforcé la surveillance de ses côtes, après « une recrudescence de l’émigration clandestine ». Le président du Sénégal, Macky Sall, a appelé la population « à la collaboration avec les forces de défense pour préserver la vie des jeunes tentés par l’émigration clandestine ».

Quelle est l’ampleur de cette route migratoire d’Afrique de l’Ouest ?

Avec ce naufrage, au moins 414 personnes sont mortes en 2020 sur la route migratoire entre l’Afrique de l’Ouest et les îles Canaries, selon l’OIM. Elle en avait recensé 210 pour l’ensemble de l’année 2019. L’OIM notait en juillet que « de plus en plus de migrants tentent d’atteindre ces îles depuis mi-2019 », le Maroc ayant renforcé ses contrôles sur la route principale, qui passe par la Méditerranée. Elle estime qu’il y a eu environ 11 000 arrivées de migrants dans les îles Canaries cette année, contre 2 557 au cours de la même période l’an dernier. La route migratoire passant par la Méditerranée a représenté plus de 13 000 arrivées depuis le début de l’année, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Les migrants d’Afrique de l’Ouest dont l’agence a pu identifier la nationalité viennent principalement de Guinée, de Côte d’Ivoire et du Nigeria.

Quelle est la réponse européenne ?

L’Espagne fait partie des pays européens qui reçoivent le plus de demandes d’asile, avec l’Allemagne, la France, l’Italie et la Grèce, a rapporté la Commission européenne en mars 2019. La Commission européenne a décidé d’octroyer une aide d’urgence de 36 millions d’euros en 2018 « pour aider l’Espagne à sa frontière méridionale », alors que le pays était devenu « le premier point d’entrée pour les franchissements irréguliers » dans l’UE. Cette année-là, 65 000 migrants étaient arrivés en Espagne, selon l’OIM. La Commission européenne a également signé un partenariat avec le Maroc fin 2018 pour l’aider financièrement dans la gestion de ses frontières. Le Maroc a empêché le départ par la mer de 15 000 migrants en 2018, selon la Commission européenne.

POUR ALLER PLUS LOIN