5 novembre 2020

Tout s'explique

Affrontements dans le nord de l’Éthiopie

Pourquoi l’armée intervient-elle au Tigré ?

Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a annoncé mercredi avoir envoyé l’armée au Tigré, affirmant répondre à diverses attaques contre des garnisons militaires basées dans cette région du nord du pays (voir la carte). Depuis, des combats ont eu lieu à proximité de la capitale régionale, Mekele, mais les informations sont rares du fait des coupures des lignes téléphoniques et d’Internet. Le gouvernement a déclaré l’état d’urgence dans la région du Tigré. Depuis plusieurs mois, les autorités régionales du Tigré contestent la légitimité du Premier ministre. Les autorités du Tigré ont condamné la décision du pouvoir central de reporter les élections législatives prévues en août à 2021 pour cause de Covid-19. Elles ont organisé en septembre un scrutin pour élire le Parlement régional, considérées comme illégales par le gouvernement fédéral.

Quelles divisions ethniques sont à l’origine du conflit ?

La République fédérale d’Éthiopie compte 85 groupes ethniques et 89 langues, selon un recensement de 2007. Elle est dirigée depuis 2018 par Abiy Ahmed, membre de l’ethnie majoritaire oromo. Son arrivée à la tête du gouvernement a mis fin à près de 30 ans de domination politique de la minorité tigréenne et notamment du Front de libération du peuple du Tigré. Depuis, le pays fait face à un regain de tensions communautaires, culminant début juillet avec des affrontements qui ont provoqué la mort de plus de 230 personnes à Addis-Abeba et dans la région Oromia, au centre du pays. « Même si, à sa prise de pouvoir, Abiy Ahmed a instauré un climat de détente – il a fait libérer des milliers de prisonniers de l’opposition et créer une commission de réconciliation –, l’appareil éthiopien, le système, bloque encore », estimait Jean-Joseph Boillot, chercheur associé à l’Iris, dans une interview au Point en octobre 2019. « Globalement, les relations du pouvoir avec les différents groupes communautaires sont très tendues. »

Quel est le poids de l’Éthiopie en Afrique ?

Avec 112 millions d’habitants, selon l’ONU, l’Éthiopie est le deuxième pays d’Afrique par la population. Elle enregistre l’un des plus forts taux de croissance d’Afrique. Le taux de croissance du PIB, la production totale de biens et de services, y dépasse régulièrement 10 % par an depuis le milieu des années 2000, selon la Banque mondiale, un organisme de financement du développement. « Cette performance s’est appuyée principalement sur l’investissement public dans les infras­tructures » et des emprunts auprès de la Chine, analyse une note de la direction générale du Trésor français publiée en octobre. L’Éthiopie, qui accueille le siège de l’Union africaine, une organisation regroupant 55 pays du continent, est le pays qui fournit le plus de militaires pour les opérations de maintien de la paix de l’ONU, principalement au Soudan et au Soudan du Sud. Le Premier ministre, Abiy Ahmed, a été récompensé en 2019 par le prix Nobel de la paix pour ses efforts de résolution du conflit territorial opposant son pays à l’Érythrée.

POUR ALLER PLUS LOIN