• Sahara occidentalL’armée marocaine a lancé aujourd’hui une opération militaire au Sahara occidental, une région disputée entre le Maroc et le Front Polisario, un mouvement armé qui y a proclamé en 1976 la République arabe sahraouie démocratique. L’intervention marocaine se déroule dans une zone tampon administrée par l’ONU, au nord de la Mauritanie. « La guerre a commencé », a réagi le Front Polisario.

    Voir une vidéo du Monde expliquant les origines du conflit territorial.
  • ÉthiopieLa Haute‑Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a demandé aujourd’hui une enquête sur de possibles crimes de guerre dans la région éthiopienne du Tigré, où des combats sont en cours depuis la semaine dernière. Selon un rapport publié hier par l’ONG de défense des droits humains Amnesty International, de nombreux civils – « potentiellement des centaines » – ont été tués le 9 novembre dans le sud-ouest de la région du Tigré.

    Lire notre article sur le conflit au Tigré.
  • États-UnisLes comités exécutifs de deux organismes américains chargés du contrôle et de la sécurité des scrutins ont publié hier soir un communiqué dans lequel ils affirment que l’élection présidentielle du 3 novembre a été « la plus sûre de l’histoire des États-Unis ». « Il n’y a aucune preuve qu’un système de vote ait supprimé ou perdu des votes, changé des votes ou été compromis de quelque façon que ce soit », déclarent-ils en réponse aux accusations portées sur Twitter par le président sortant, Donald Trump.

  • IndemnisationLe Premier ministre, Jean Castex, a annoncé hier soir la prolongation de l’indemnisation des demandeurs d’emploi en fin de droits jusqu’à la fin de la période de confinement. Une mesure identique avait été appliquée lors du premier confinement, entre mars et mai. Une prolongation de deux mois de l’indemnisation des demandeurs d’emploi en fin de droits concernerait environ 220 000 personnes, a déclaré hier le ministère du Travail.

  • Covid-19L’hôpital Foch de Suresnes (Hauts-de-Seine) a annoncé hier après-midi avoir réalisé le 1er novembre la première greffe de poumon sur un patient atteint du Covid-19 en France. Le malade, d’abord hospitalisé à Lille, avait subi « une destruction quasi complète de ses deux poumons », précise l’hôpital. « Il faut cependant rester prudent, car la récupération d’un patient transplanté pulmonaire est souvent longue et parfois difficile », tempère Édouard Sage, responsable du programme de transplantation pulmonaire à l’hôpital Foch.