16 décembre 2020

Tout s'explique

Tensions autour du nickel en Nouvelle-Calédonie

Que se passe-t-il en Nouvelle-Calédonie ?

L’entreprise Vale NC, filiale du groupe brésilien Vale, qui extrait et produit du nickel en Nouvelle-Calédonie, a rapporté hier avoir été la cible d’« actes de sabotage et de destruction » lundi soir contre son usine, située dans le sud de l’archipel français. Un incendie a notamment détruit des stocks de produits et une partie des bureaux. La société a dénoncé des dégradations « préméditées ». La vente annoncée de cette usine au consortium calédonien et international Prony Resources fait l’objet de vives tensions en Nouvelle-Calédonie. Le 7 décembre, des heurts ont opposé les forces de l’ordre à des militants de mouvements indépendantistes, qui avaient conduit des actions pour protester contre cette vente. Depuis, des barrages routiers ont été dressés et des dégradations et des intrusions sont survenues dans l’usine de Vale, forçant à la mise à l’arrêt des installations jeudi dernier.

Pourquoi les indépendantistes s’opposent-ils à cette vente ?

Le collectif « Usine du Sud = usine pays », qui rassemble plusieurs composantes coutumières et indépendantistes, dénonce « le passage en force » du projet de reprise de Prony Resources et l’appropriation « d’un capital industriel et minier qui doit revenir au peuple ». Il lui préférait un projet de reprise qui aurait permis à un actionnariat à majorité locale de garder 56 % du capital, mais qui a depuis été retiré. « Le projet des indépendantistes est ce qu’on appelle un nationalisme des ressources avec pour objectif de construire une indépendance économiquement viable », explique Pierre-Yves Le Meur, anthropologue spécialiste du nickel en Nouvelle-Calédonie, au Parisien. Ces tensions interviennent après la victoire du « non » au deuxième référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie le 4 octobre. Les indépendantistes comptent obtenir l’organisation d’un troisième et dernier référendum sur cette question d’ici 2022.

Que représente le nickel dans l’économie de la Nouvelle-Calédonie ?

Le nickel est un métal largement utilisé par les industries pour la fabrication d’objets courants comme les pièces de monnaie et les casseroles, mais aussi par l’industrie automobile et aérospatiale. La France, par le biais de la Nouvelle-Calédonie, est le quatrième producteur mondial de nickel, derrière l’Indonésie, les Philippines et la Russie, selon des données publiées en juillet par le Groupe d’étude international du nickel (INSG), une organisation réunissant les pays producteurs et utilisateurs de ce métal. La Nouvelle-Calédonie, qui compte trois usines sur son territoire, exporte principalement vers la Chine. Elle se situe au deuxième rang des réserves mondiales estimées de nickel (11 %), après l’Australie (23 %), selon une note de 2017 du Conseil d’analyse économique, qui réalise des analyses pour le gouvernement. La part du secteur du nickel dans le PIB néo-calédonien (la production de biens et de services) varie fortement selon le cours de cette matière première et a atteint jusqu’à 17 % en 2007.

POUR ALLER PLUS LOIN