16 décembre 2020

Ça se chiffre

Le statut pénal de l’homosexualité

Les relations entre personnes de même sexe sont légales dans près de deux tiers des pays du monde, selon la dernière édition du rapport annuel de l’ILGA, une coordination d’associations luttant pour les droits des personnes LGBT, publié hier. Ce chiffre est en hausse par rapport au début de la décennie. Le rapport note que 69 États criminalisent encore ces relations. L’ILGA constate que la situation des personnes homosexuelles se dégrade dans certains pays. Le Turkménistan a ainsi augmenté de deux à cinq ans la peine de prison infligée pour sodomie en 2019. Le Code pénal du Tchad ne criminalise explicitement les relations entre personnes de même sexe que depuis 2017. Toutefois, le Parlement gabonais a annulé cette année un amendement introduit l’an dernier dans le Code pénal qui condamnait les rapports homosexuels. L’Afrique et l’Asie sont les continents ayant la part la plus importante de pays criminalisant les relations homosexuelles. Toutefois, depuis 2011, six pays africains ont cessé de le faire et l’Inde, peuplée d’environ 1,4 milliard d’habitants, a dépénalisé l’homosexualité en 2018.