4 janvier 2021

Tout s’explique

La justice britannique refuse l’extradition de Julian Assange

Pourquoi la justice britannique a-t-elle refusé l’extradition de Julian Assange ?

La justice britannique a refusé ce matin l’extradition aux États-Unis du fondateur et éditeur du site WikiLeaks, Julian Assange. La juge a estimé que l’état de santé de cet activiste australien de 49 ans était incompatible avec une extradition, en raison de risques de suicide. Les avocats du gouvernement américain ont annoncé leur intention de faire appel. Julian Assange a été inculpé aux États-Unis en mai 2019, notamment pour conspiration. Il est accusé d’avoir divulgué à partir de 2010 des centaines de milliers de documents confidentiels sur les activités militaires et diplomatiques américaines. Julian Assange a été arrêté au Royaume-Uni en avril 2019 à l’ambassade d’Équateur à Londres, où il était réfugié depuis 2012. Il a été condamné pour avoir enfreint les conditions de sa liberté provisoire dans une affaire d’agression sexuelle en Suède, pour laquelle les poursuites ont depuis été abandonnées. Il reste incarcéré dans le cadre de la procédure d’extradition.

Quelles importantes informations WikiLeaks a-t-il publiées en 2010 ?

Fondé en 2006, le site WikiLeaks s’est mondialement fait connaître en 2010 en publiant des documents confidentiels de l’armée américaine sur les guerres en Afghanistan et en Irak. Fin 2010 et en 2011, WikiLeaks a fourni à un consortium de cinq médias internationaux, dont Le Monde en France, environ 250 000 câbles confidentiels issus de la diplomatie américaine. La grande majorité de ces documents couvraient une période allant de 2003 à mars 2010 et concernaient les activités militaires et diplomatiques des États-Unis. Ils ont donné lieu à de nombreuses publications dans la presse. « C’est justement l’originalité de cette opération : WikiLeaks ne publie que les mémos sélectionnés par les cinq journaux, après un travail journalistique et un travail de protection des individus », notamment en expurgeant les noms de personnes qui pouvaient être mises en danger expliquait en 2010 le reporter du Monde Rémy Ourdan.

Quelles sont les critiques faites à WikiLeaks ?

En septembre 2011, WikiLeaks a publié l’intégralité des 250 000 câbles diplomatiques américains, sans expurger aucun nom. Les cinq médias partenaires ont condamné cette initiative, affirmant que cela pouvait « mettre en danger les sources ». WikiLeaks a par la suite révélé plusieurs affaires, mais s’est attiré de nombreuses critiques après la publication de milliers d’e-mails piratés provenant du Parti démocrate et de l’équipe de campagne de Hillary Clinton pendant la campagne présidentielle américaine de 2016, qui a nui à la candidate démocrate. « Les lecteurs ont l’impression que WikiLeaks est de moins en moins neutre, à courir après la transparence dans les démocraties occidentales, sans aucune révélation majeure sur la Chine ou la Russie », estimait Olivier Schmitt, professeur au Centre d’études sur la guerre de l’université du Sud-Danemark, sur RFI en 2016.

POUR ALLER PLUS LOIN