5 janvier 2021

Tout s'explique

La France veut accélérer la vaccination contre le Covid-19

Quelles nouvelles annonces ont été faites sur la stratégie de vaccination ?

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé ce matin sur RTL une accélération et une simplification de la stratégie de vaccination contre le Covid-19 en France. Après avoir annoncé l’élargissement de la vaccination aux professionnels de santé libéraux de plus de 50 ans samedi, Olivier Véran a déclaré que celle-ci concernait désormais les pompiers et les aides à domicile de plus de 50 ans. La vaccination des 75 ans et plus sera également autorisée « avant la fin du mois de janvier », a ajouté Olivier Véran, précisant que 5 millions de personnes étaient concernées. Initialement, la première phase de la stratégie vaccinale en janvier et février ne devait concerner que les personnes âgées vivant en établissement et le personnel de santé à risque y exerçant. Le nombre de personnes vaccinées en France a dépassé les 2 000 hier, selon Olivier Véran, contre plus de 82 000 en Espagne et plus de 316 000 en Allemagne, selon la base de données Our World in Data, tenue par des chercheurs de l’Université d’Oxford au Royaume-Uni.

Comment le gouvernement compte-t-il accélérer la vaccination ?

Olivier Véran a affirmé que le nombre d’hôpitaux équipés en vaccins passerait de 27 hier à « 100 d’ici à demain après-midi ». Chacun ouvrira cette semaine un centre de vaccination pour les personnes éligibles. Il prévoit que 500 à 600 centres ouvriront d’ici fin janvier. Dominique Le Guludec, la présidente de la Haute Autorité de santé, une autorité publique indépendante, s’est prononcée hier sur BFMTV contre la mise en place de « vaccinodromes », de grands centres de vaccination tels que ceux mis en place en Allemagne, craignant que les plus vulnérables s’y contaminent. Olivier Véran a affirmé travailler à « un dispositif plus direct » pour simplifier la consultation prévaccinale en Ehpad. Elle consiste actuellement à recueillir, par un médecin, le consentement des personnes cinq jours avant l’injection. Jeudi, l’Académie de médecine, une société savante, a critiqué des « précautions excessives » qui ont entraîné « un démarrage très lent ».

En quoi consiste le collectif de citoyens chargé de suivre la vaccination ?

Un tirage au sort devant permettre de sélectionner une trentaine de citoyens chargés de suivre la campagne de vaccination a débuté hier. Encadré par le Conseil économique, social et environnemental (Cese), une institution indépendante chargée de conseiller le gouvernement, ce collectif de citoyens commencera ses travaux le 16 janvier. Il sera chargé « de formuler des recommandations sur la politique vaccinale », a précisé le Premier ministre, Jean Castex, mi-décembre. Ces citoyens seront choisis par un prestataire spécialisé selon des critères d’âge, de région ou encore de catégorie socioprofessionnelle, a précisé dimanche au JDD le Cese. Ils devront préciser s’ils comptent se faire vacciner ou non, afin de refléter les opinions de la société française. Plusieurs représentants de partis d’opposition ont critiqué la constitution de ce collectif de citoyens, estimant que le gouvernement n’assumait pas ses responsabilités.

POUR ALLER PLUS LOIN

Le tableau de bord de la vaccination mis en place par un spécialiste des données.

Les explications de Franceinfo sur la vaccination réussie en Israël.