• Nicolas SarkozyUne enquête préliminaire pour trafic d’influence et blanchiment de crime ou de délit a été ouverte contre l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, a déclaré aujourd’hui le parquet national financier, confirmant une information de Mediapart. La justice s’interroge sur les raisons pour lesquelles Nicolas Sarkozy a reçu l'année dernière de l’argent d’une compagnie d’assurance russe.

    Lire les explications de Libération.
  • DécèsLa France a enregistré 667 400 décès toutes causes confondues en 2020, soit 9 % de plus qu’en 2018 ou 2019, selon une première estimation publiée aujourd’hui par l’institut national de statistiques Insee. La surmortalité, provoquée par l’épidémie de Covid-19 et dans une moindre mesure par un épisode caniculaire en août, a été très nette de mi-mars à fin avril et de mi-octobre à la fin de l’année.

    Voir le graphique de l’AFP sur la surmortalité en 2020.
  • GreffeLes Hospices civils de Lyon ont annoncé hier avoir réalisé pour la première fois au monde une greffe des deux épaules et des deux bras. L’opération, qui a duré environ 15 heures, a été pratiquée sur un Islandais de 48 ans qui avait été amputé des deux bras à l’âge de 26 ans. Son état est stable, selon le groupe hospitalier.

  • Pays-BasLe Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a annoncé aujourd’hui sa démission et celle de son gouvernement en raison d’un scandale lié à l’administration fiscale. Celle-ci avait accusé à tort plusieurs milliers de parents de fraude aux allocations familiales. « Leurs vies ont été détruites et le Parlement a été informé de façon incorrecte et incomplète », a reconnu le Premier ministre. Le gouvernement reste cependant en place pour gérer les affaires courantes jusqu’aux élections déjà prévues le 17 mars.

  • SéismeUn tremblement de terre de magnitude 6,2 a touché hier soir l’île indonésienne de Célèbes (Sulawesi). Le séisme a provoqué la mort d’au moins 67 personnes, selon un bilan provisoire communiqué à CNN par un responsable de la Croix-Rouge dans le pays.

  • États-Unis-ChineLe département américain de la Défense a ajouté hier soir neuf entreprises chinoises, dont le fabricant de téléphones et d’appareils électroniques Xiaomi, à sa liste d’« entreprises militaires communistes chinoises ». Un décret présidentiel signé en novembre 2020 par le président des États-Unis, Donald Trump, donne jusqu’au 11 novembre 2021 aux Américains pour vendre les actions qu’ils possèdent dans les entreprises figurant sur cette liste.